La bataille des monuments : que nous dit l’Antiquité ?

Socle d’une statue équestre de Léopold II à Bruxelles
(photo de EmDee, depuis Wikimedia Commons)

Un Romain à Rhodes

En 78 av. J.-C., Cicéron (personnage que j’ai beaucoup cotoyé pour ma thèse) arriva sur l’île de Rhodes. Comme beaucoup de jeunes romains de l’époque, il était venu en Grèce pour parfaire son éducation. Rhodes était sa deuxième étape, après Athènes, où il avait suivi l’enseignement des philosophes platoniciens, épicuriens et stoïciens. Maintenant, le but était d’approfondir l’étude de la rhétorique et d’améliorer sa diction et son élocution, en grec bien sûr (tiens, je parie qu’il utilisait les méthodes actives…). Entre une leçon et l’autre, en bon étudiant Érasmus ante litteram, il devait se consacrer à la visite et à la découverte de la culture grecque (car tout le monde sait que c’est ça que les Érasmus font du matin au soir…). Au passage, une des choses qui le laisserent perplexe, fut la présence, « dans un endroit très célèbre de la cité », d’une statue de Mithridate.

Tétradrachme à l’effigie de Mithridate VI du Pont
(photo du Classical Numismatic Group, depuis Wikimedia Commons)

Or, Mithridate VI du Pont était un souverain hellénistique qui avait donné beaucoup de fil à retordre à Rome quand, à peine dix ans plus tôt, il avait provoqué le soulèvement de l’Asie Mineure et déclenché les hostilités par un allègre massacre de citoyens romains. À côté d’Hannibal Barca, c’était l’une des plus grandes némésis de Rome et, en 78 av. J.-C., il n’avait pas encore été vaincu.

Rhodes, très proche de l’Asie Mineure, n’avait pas participé à la révolte et, assiégée par Mithridate, avait même réussi à le repousser. Rome, reconnaissante, avait accordé à la cité une forme très convoitée d’immunité fiscale. Et pourtant la statue du roi, qui datait bien évidemment d’avant le siège, n’avait pas été démolie. Comment les Rhodiens pouvaient-ils conserver un monument à l’image d’un homme qui avait attaqué leur cité et dont il souhaitaient la défaite ? D’après Cicéron, les intéressés justifiaient cette étrangeté par la tradition et la coutume, tout en précisant que « pour la statue ils prenaient en compte l’époque où elle avait été érigée, pour l’homme celle où il leur avait fait la guerre et il avait été leur ennemi » (Cicéron, Verrines, 2, 2, 159).

À coups de memoria

Malgré cette réponse rassurante, pour les Romains en tout cas, on pourrait très bien soupçonner ici les Rhodiens d’un certain opportunisme (la guerre contre Mithridate n’était pas encore finie…). En effet, la Grèce ancienne nous a laissé beaucoup d’exemples de démolitions officielles et de vandalisations spontanées de statues ou d’autres monuments honoraires jugés désormais indignes. Cicéron lui-même ne raconte cet anecdote que quelques années plus tard, pour commenter l’acharnement avec lequel les habitants de certaines cités grecques de Sicile avaient détruit les statues de l’ancien gouverneur romain C. Licinius Verres, coupable, du moins selon l’orateur, des plus terribles atrocités. D’autre part, il ne peut pas s’empêcher de laisser transparaître une certaine condescendance vis à vis de celle qu’il considère comme une attitude incohérente de la part des « Grecs » (et oui, car, tant qu’à faire, pourquoi ne pas transformer cette histoire dans un stéréotype culturel anti-grec comme on les aime bien à Rome ?).

Inscriptions latines dans le portique de la basilique de Santa Maria in Trastevere à Rome
(par Tomasz Kowaluk, depuis Pixabay)

Les Romains, quant à eux, pouvaient à juste titre se considérer des experts en monuments, tant il est vrai que (dévinez quoi ?) ils sont même à l’origine de ce mot : monumentum, dérivé du même radical de memoria, désignait littéralement tout ce qui rappelle le souvenir. Et dans une société dominée par la compétition aristocratique entre une poignée de grandes familles capables de retracer leur généalogie jusqu’aux temps mythiques de la fondation de Rome (et parfois même encore plus en arrière), la mémoire était une valeur fondamentale. Ainsi, ces familles se livraient depuis des siècles à un combat acharné à coup de monuments érigés dans l’espace public de la cité : la valeur d’un homme, et celle de sa famille, se mésuraient, entre autres choses, en nombre de monuments. Plus tard, à l’époque impériale, le sénat frappait de damnatio memoriae, littéralement « damnation de la mémoire », les empereurs qui avaient démérité. Et, là encore, les statues abattues et le nom du personnage était martelé sur toutes les inscriptions qui l’avaient jamais mentionné, jusqu’à n’en laisser aucune trace (manières de dépenser l’argent public…). En deux mots, donc, « Monuments Matter »… (qui voit où je veux en venir ? Hein ? Hein ?).

Déboulloner ou pas déboulloner ?

Et oui, même si je suis un peu en retard sur les événements, tout le monde pourra encore se souvenir des nombreuses images qui ont circulé sur les médias il y a quelques semaines à propos des statues prises d’assaut à la peinture rouge (ou pire) dans le cadre du mouvement « Black Lives Matter ». Peut-être que certains d’entre vous ont vu passer des pétitions à ce sujet sur les réseaux sociaux. Peut-être que certains en ont même signé. Personnellement, j’ai observé tout cela avec beaucoup d’intérêt et surtout avec l’étrange impression qu’une partie de ma thèse s’était échappée de la terrible liasse de feuilles qui dort encore dans mon placard pour prendre vie magiquement et aller se promener au grand jour, parée d’actualité.

Et encore aujourd’hui, une fois la vague passée, beaucoup se demandent quoi faire des statues vandalisées et/ou des pétitions publiques pour ou contre le déboullonnage de ces monuments liés à l’époque de l’esclavage ou de la colonisation. Les solutions adoptées seront sans aucun doute différentes : certaines statues seront restaurées, d’autres déboullonnées et d’autres encore laissées telles quelles. Quelqu’un aura peut-être l’idée de demander à des artistes contemporains de transformer et réinvestir certains de ces monuments controversés (triple petit cœur pour cette solution). Mais, quelles que soient les décitions prises, il faut espérer qu’elles seront bien réfléchies. Comme auraient pu nous le dire les Romains, le résultat contribuera, inévitablement, à construire la mémoire des générations futures et le récit de notre histoire.

En fin des comptes, pour terminer avec un exemple un peu plus récent, sans les dévastations de la révolution, la basilique de Saint-Denis serait Westminster Abbey…

Monuments et dictatures en Libye :
les reliefs de l’arc des Philènes, construit par Mussolini en 1937 et dinamité par Khadafi en 1973
(photo de l’auteur, 2009)
Pour en savoir plus sur la destruction de statues dans l'Antiquité :

I. SAVALLI-LESTRADE, Usages civiques et usages dynastiques de la damnatio memoriae dans le monde hellénistique, in S. BENOIST et al. (dir.), Mémoires partagées, mémoires disputées, Metz 2009, 127-58

M. CADARIO, La destruction délibérée des statues pour des raisons politiques dans le monde romain, in J. DRIESSEN (dir.), Destruction. Archaeological, Philological and Historical Perspectives (Louvain-La-Neuve, 24-26 novembre 2011), Louvain-La-Neuve 2013, 415‑433


Citer ce billet
Béatrice Lietz (2020, 29 juin). La bataille des monuments : que nous dit l’Antiquité ? Vice Versa. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v736

Béatrice Lietz

Docteur en Sciences de l'Antiquité, professeur agrégée de Lettres classiques, qualifiée aux fonctions de Maître de Conférences en section 21 et 8.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search