Utiliser les « méthodes actives » en LCA : pourquoi vous devez changer d’avis.

Lève la main qui n’adore pas le fait que, grâce au confinement, on peut soudainement participer à toute sorte de cours, conférences et leçons sans se préoccuper du lieu, des transports et du temps nécessaire pour y arriver. Je ne sais pas vous, mais moi je me suis souvent sentie comme un enfant dans un magasin de bonbons. Surtout que, quand on essaie de faire de la recherche pendant qu’on travaille, cela n’arrive pas tous les jours. Et notamment, au cours des longues années tourmentées de ma thèse (tout le monde connait, non ?), je n’ai jamais osé m’accorder le loisir de le faire. Et donc, profitant encore une fois de cette conjoncture astrologique exceptionnelle, samedi dernier je me suis connectée à Zoom pour suivre une conférence à distance qui portait le titre omineux de « Langues anciennes et méthodes actives ».

À propos de mon scepticisme rangé

Or, il faut savoir que, quand j’ai cliqué sur le bouton « participer à la réunion » j’étais un peu sceptique, et non seulement parce qu’il était samedi après-midi : soyons honnêtes, quel que soit le degré de nerditude, n’importe qui peut aisément penser à un certain nombre d’autres manières de dépenser autrement, et plus joyeusement, un samedi après midi. Mais bon, il ne faisait pas superbeau, alors… Non, ce n’était pas seulement ça. C’était aussi que le terme « méthodes actives » me faisait très intensément penser à un groupe de Finlandais un peu chelous qui animent une radio en latin dans une cave.

D’autre part, j’avais eu une expérience très positive en utilisant avec mes classes, pendant le confinement et pour la première fois, plusieurs chapitres de l’incontournable Lingua latina per se illustrata. Sérieusement, je ne vous dis pas combien mes élèves ont pu rigoler quand Marcus, le puer improbus, a été verberatus par ses parents dans le châpitre deux… (politically correct, où es-tu ?). Mais surtout, s’il y a une chose que j’ai appris dans ma carrière d’enseignante, c’est que les formations qui permettent d’échanger des pratiques avec des collègues y ayant réfléchi depuis long temps sont une rare occasion d’enrichissement professionnel. Et donc j’ai cliqué quand même.

Un amusement pas très sérieux ?

La première intervention, due à Giampiero Marchi, m’a fait découvrir l’école dont il est directeur, à Florence : GrecoLatinoVivo, qui s’est spécialisée dans l’enseignement privé des Langues anciennes (Oyez ! Oyez ! Il y a du public) et tout particulièrement dans une approche active qui fait la part belle à la pratique orale (ça y est, je vois les Finlandais arriver à l’horizon). Chose très intéressante, pendant le confinement ils ont mis en ligne plein de ressources video qui seront très utiles dans cette étrange fin d’année de zone orange où l’on continue les cours à distance alors que les conseils de classe sont finis depuis deux semaines (ô ministère, que pensais-tu ?). Ceci-dit je n’étais pas nécessairement rassurée dans mon scepticisme, qui se fondait tout de même sur deux objections que je trouvais tout-à-fait sérieuses.

La première était de caractère historique, peut-on dire. Évidemment, nous n’avons aucune idée de comment les Romains parlaient, et donc l’idée de parler latin m’a toujours sonné faux (et pourtant, je dois dire, c’était très sympas d’écouter Giampiero Marchi le parler). De plus, le but d’enseigner des Langues anciennes n’est pas celui de les parler avec quelqu’un d’autre, mais plutôt celui de lire des textes. Pour cette raison, j’ai toujours été adepte des méthodes centrées sur la compréhension de texte, et notamment sur l’intercompréhension.

Image par mohamed_hassan, depuis Pixabay

La deuxième était plus de nature pratique, mais pas pour autant moins pressante. Tout simplement : je ne sais pas parler latin ! Je ne l’ai jamais appris, même si j’ai toujours commencé mes cours de 5ème par « Salve, magistra linguae latinae sum, quis es tu ? » et tout le reste des phrases de rite dont les élèves se rejouissaient et qui me permettaient de faire le présent de sum et les pronoms personnel sujet dans une heure à peine. Je n’ai jamais pu aller plus loin, car le faire m’aurait paru mentir aux élèves en feignant d’avoir une compétence que je n’aurais jamais pu leur transmettre en réalité. Parfois je pensais que c’était dommage, mais je trouvais ça nécessaire. Parler latin n’était qu’un amusement peu sérieux que l’on pouvait se permettre pendant la première leçon, mais pas plus longtemps.

L’art de faire tomber le voile

C’est l’intervention suivante, celle de Roberto Salazar-Morales (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) qui m’a fait changer d’avis. En effet, celle-ci commençait par rappeler que ce n’est pas une question de choisir la meilleure méthode, mais plutôt de les diversifier. Ensuite, il s’est lancé à la poursuite des principaux stéréotypes et clichés sur ces méthodes, en soulignant notamment que :

  • elles ne sont pas folkloriques (et là, il faut le dire, les Finlandais ont été très vexés) ;
  • elles n’ont pas pour but de bavarder en latin (que ce soit dans une cave, en streaming radio, ou pas) ;
  • elles n’excluent pas la grammaire, mais prévoient d’y arriver plus tard, après l’écoute de messages compréhensibles et la production spontanée, qui permettent d’utiliser la langue en l’« activant » ;
  • même s’il est vrai que nous ne connaissons pas le latin parlé dans la rue (celui qui a donné naissance aux langues romanes), le but n’est pas de parler ce latin là, mais plutôt le « latin classique », c’est-à-dire celui que des élèves auraient pu parler en classe avec leur professeur (premier coup porté à mon objection historique) ;
  • ces méthodes ne sont pas nouvelles et futuristes, mais elles ont été longuement utilisées pour apprendre le latin avant une date assez récente… par exemple, c’est avec des méthodes de ce type que le latin était enseigné à la Renaissance : conviez l’image mentale du petit Montaigne à qui tout le monde parlait latin et vous le saurez (et voici le deuxième – et définitif – coup porté à mon objection historique) ;
  • il est vrai que nous ne sommes pas formés à ça, mais il suffit de le faire (WOW, ok, là j’aurais dû y penser toute seule, vraiment).
Image par G Lopez, depuis Pixabay

En plus de tout ça, Roberto Salazar-Morales a aussi souligné que la méthode traditionnelle fondée sur l’étude de la grammaire et les « méthodes actives » ont des résultats différents et que, donc elles peuvent effectivement être complémentaires. En effet, la première est utile pour apprendre à vérifier ses connaisances (en utilisant le dictionnaire, par exemple) et à traduire, même si elle conduit à une double dépendance, du dictionnaire lui-même et de sa propre langue de départ. D’autre part, les « méthodes actives » permettent d’avoir une vision moins limitée et plus autonome de la langue.

Révélation sur le chemin de Damas

Or, pendant que j’écoutais tout cela, mon cerveau s’est mis frénétiquement en activité et j’ai vu passer devant les yeux comme dans un film les faits suivants :

  • quand j’étais au lycée, en Italie, notre manuel de français était une grammaire et notre professeur utilisait en langues modernes la méthode dite traditionnelle… une qui, cela a toujours été très clair pour moi, ne m’a absolument pas permis d’apprendre réellement le français ;
  • à l’université, j’ai fait beaucoup d’autres cours de langue et j’ai remarqué que, alors que certaines personnes adoraient apprendre les règles de grammaire, moi je détestais ça, j’étais incapable de m’en souvenir longtemps et encore moins de les appliquer en parlant ou écrivant ;
  • bien plus, le moment où j’ai vraiment appris le latin a été quand, dans mes deux premières années de fac, j’ai lu toute l’Énéide et toutes les Philippiques de Cicéron en langue originale et cela fait des années que je me dis que je dois tenter la même expérience avec, par exemple, les Histoires d’Hérodote.

Je me suis donc rendue compte que j’étais tellement influencée par mes préjugés sur les Finlandais que mon cerveau s’était tranquillement divisé en deux parties qui ne communiquaient pas : dans l’une je croyais que la pratique étais la meilleure manière d’apprendre les langues ; dans l’autre, j’avais isolé le Latin et le Grec ancien comme s’ils étaient quelque chose d’autre. C’est encroyable combien notre cerveau nous fait mal des fois… pour ne pas parler de la distance qui sépare encore les Langues anciennes, associées aux Lettres, de l’enseignement de toutes les autres langues.

Image de Nevit Dilmen, depuis Wikimedia Commons

Après l’intervention de Roberto Salazar-Morales, Peggy Lecaudé et Séverine Clément Tarantino ont partagé plusieurs exemples intéressants de leur application de cette méthode dans des formations du supérieur, à l’Université de Lille. Enfin, Théo Polychronis (Université d’Aix-Marseille) a bouclé la boucle en parlant de l’enseignement du grec ancien. Il m’a aussi appris que, pour un parlant grec moderne « lire Démosthène est comme lire du Rabelais difficile » et que, donc, « le grec n’est pas une langue morte » ! Et maintenant, bien sûr, je suis en train de penser qu’il faut absolument que j’essaie une bonne fois pour toutes d’apprendre le grec moderne de manière sérieuse… ouf, ars longa, vita brevis, vraiment.

Conclusions et autres ressources utiles

Et voilà, maintenant vous savez comment j’ai changé d’avis et pourquoi je pense que vous devriez le faire aussi. Il temps de conclure, tout en partageant avec vous les autres importantes découvertes que cette conférence m’a permis de faire, sous la forme de questions-réponses.

Comment se former ?

Premièrement en utilisant soi-même tous les manuels et toutes les ressources disponibles ou alors en s’inscrivant à l’une des formations pour les enseignants organisées par GrecoLatinoVivo, Lilium. Beaucoup des participants à la conférence ont exprimé le ressenti que ce type d’expériences avait changé leur perception de et/ou renouvelé leur rapport avec les Langues anciennes. Personnellement, donc, j’ai hâte d’essayer et j’ai désormais tout un nouveau plan dans ma tête pour améliorer mon Grec ancien…

Comment faire avec les « textes originaux » des programmes ?

Et oui, on le sait, nos programmes de LCA sont obsédés par l’idée qu’il faut utiliser les textes originaux : exit les phrases à traduire avec lesquelles on apprenait les règles de grammaire, exit Lingua latina per se illustrata, exit les vidéo en latin et donc en un mot exit les « méthodes actives ». Mais est-ce vrai ? Utiliser uniquement les textes originaux est clairement impossible, donc autant se concentrer sur l’idée d’utiliser aussi les textes originaux. Et alors, il existe des pistes pour combiner leur découverte avec l’emploi des « méthodes actives » :

  • le deuxième volume de Lingua latina per se illustrata s’appelle Roma Æterna comporte des passages d’auteurs classiques expliqués en latin (trop cool !) ;
  • le site Satura Lanx de Irene Regini propose, en podcast, des versions simplifiées de textes classiques qui permettent d’arriver progressivement au texte original (encore plus cool !).

Bien, j’espère que vous êtes convaincus désormais et, qui sait, on va peut-être nous rencontrer un jour dans un conventiculum latinum que nous aurons nous mêmes fondé, qui se réunira dans un beau parc ensoleillé et sera plein de Finlandais chelous très sympas. 🙂

Entre-temps, comme d’habitude, si tu as d’autres questions auxquelles je n’ai pas pensé, n’hésite pas à me faire coucou pour les poser ! 🙂 🙂


Béatrice Lietz

Docteur en Sciences de l'Antiquité, professeur agrégée de Lettres classiques, qualifiée aux fonctions de Maître de Conférences en section 21 et 8.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search