Expositions immersives : êtes-vous convaincus ?

Lundi c’est la rentrée et comme toutes les rentrées elle porte avec soi le regret des vacances (oui, c’est le cas pour les profs aussi, pas que pour les élèves). Comme d’habitude, je n’ai même pas fait la moitié de ce que j’aurais voulu faire « quand j’aurai le temps, pendant les vacances » (je fais ça tous les ans, c’est de ces choses que l’on n’apprend jamais, c’est incroyable). Contrairement à ce que je croyais, j’avais besoin aussi de me reposer. J’avais sous-estimé l’effet éreintant de ce climat d’incertitude permanente et à n’en plus finir… Mais oublions ces sujets déprimants et célébrons plutôt les choses faites ! Car on a toujours fait plus de ce que l’on croit. Et moi, une des choses que j’ai faites et dont j’aurais voulu parler sur ce carnet depuis le temps (pouvez-vous croire que la date de mes photos est le 11 juillet ?), c’était de visiter la fameuse exposition Pompéi du Grand Palais.

L’affiche de l’exposition Pompei au Grand Palais, photo de l’auteur

C’était l’une de celles qui avaient souffert du confinement. Mais qui avait essayé de se rattraper par la diffusion d’une série d’époustouflants contenus numériques, toujours disponibles sur le site Expo Pompéi chez vous. C’était depuis peu que l’on pouvait rentrer dans les musées à nouveau. J’étais libérée de l’obligation de faire encore semblant que les cours virtuels servaient à quelque chose, même avec 3 élèves sur 30 et avec le bac de français définitivement annulé. J’avais encore l’illusion d’avoir devant un moi un long été de vacances et de travail… ok, ok, j’arrête. Bref, pour le dire en deux mots, j’ai chopé des amis et je les ai convaincus qu’il valait vraiment la peine d’aller voir cette exposition sensationnelle. Je pense que vous commencez à vous douter qu’il y a anguille sous roche…

Oui…

Mais ne vous méprenez pas : sensationnelle, l’expo, elle l’est sans aucun doute. Je ne pourrais pas nier le charme de se promener à Paris, presque dans la pénombre, dans ni plus ni moins qu’une rue de Pompéi. On longe les murs, tantôt ruines, tantôt entiers encore, glissant à côté du cortège d’ombres qui s’y projettent. Ce sont d’abord les habitants de Pompéi qui, tout occupés de leurs activités, restent complètement ignares du destin qui les attend. Puis, ce sont les archéologues qui trainent leurs brouettes, casque de chantier en tête et pelle sur l’épaule.

Visiteurs et ombres sur le mur dans l’expo Pompéi, photo de l’auteur

Au milieu de la rue, discretement, s’enchainent les vitrines chargées des objets les plus étonnants découverts pendant les fouilles conduites entre 2017 et 2019 dans la Regio V pour le GPP (« Grande Progetto Pompei »). Ainsi, l’un après l’autre, on découvre une mosaïque de Dionysos et Ariane, un petit lièvre en marbre, cet extraordinaire ensemble d’amulettes qui est déjà devenu célèbre comme « le trésor de la sorcière » et même deux flûtes en bronze et os.

Tout d’un coup, dans l’ésedre qui sépare les deux volets de l’exposition, le Vésuve explose. La pluie de lapilli commence, avec le bruit qui va avec. Les ombres disparaissent pendant que l’air se remplit de fumée. Dans moins d’un clin d’œil, c’est la nuée ardente. Et la cité, où vous étiez en train de vous promener jusqu’à quelques secondes plus tôt, n’est plus. Heureusement, vous n’êtes pas mort ! Et si vous avez raté le spectacle, vous pouvez toujours monter sur les gradins, en face de l’ésedre, pour l’apprécier à sa juste valeur quelques minutes plus tard, car tout recommence immédiatement à zéro.

Détail du caléidoscope des fresques, photo de l’auteur

Après cela, il ne vous restera plus qu’à rentrer dans toutes les salles, à travers la porte des maisons, pour découvrir un jeu de miroirs en caléidoscope des fresques pompéiennes, des vidéos sur la vie quotidienne (des Pompéiens et des archéologues) et des écrans tactiles (que le coronavirus interdit malheureusement de toucher). Au passage, Massimo Osanna, le Directeur général du Parc archéologique de Pompéi, vous explique comment il est arrivé à l’interprétation d’une mosaïque un peu insolite qui représenterait donc une scène du mythe d’Orion. Dans d’autres interviews, ses collègues dévoilent d’autres détails de leur travail, de la fouille à la restauration. C’est génial, non ? Si seulement je pouvais amener mes élèves latinistes ici, mais avec le covid… Oui. Génial. Oui, mais.

Mais…

Mais l’éruption du Vésuve n’a pas duré l’espace d’un clin d’œil ! C’est la première déception. À côté de l’animation, une chronologie par étape affichée sur le mur permet au visiteur scrupuleux, s’il ne le savait pas déjà, de découvrir que, en réalité, l’entière affaire dura non seulement plusieurs heures, mais carrément plusieurs jours. Si, comme moi, vous avez lu plusieurs fois, avec vos élèves, les lettres où Pline le Jeune raconte la mort héroique de son oncle… et bien, vous ressentez un petit pincement dans le cœur. Et pourtant, je suis d’accord : une simulation en temps réel n’aurait pas permi aux visiteurs de profiter tous de la même manière de leur « promenade immersive », ni de l’« effroi de l’éruption ». Ou alors oui, si on l’avait faite autrement ? Et combien de visiteurs auront pris le temps de lire la chronologie véritable ?

Ici une simulation, toujours accélerée, mais qui donne l’idée de la chronologie réelle
(Zero One Studio, pour l’exposition A day in Pompeii, Melbourne Museum, 26 juin – 25 octobre 2009)

Mais, à part le spectacle, les objets dans les vitrines sont vraiment très peu nombreux. Dans le catalogue de l’exposition, je compte 12 entrées. Et même si certaines comprennent plusieurs objets (les fameuses amulettes par exemple) et que je ne suis pas très bonne en maths (donc ça pourrait être un peu plus)… et bien, ce n’est pas beaucoup. Quant aux calques des victimes, y compris le pauvre petit chien, il faut bien lire la légende : ce sont des copies. La aussi je comprends : les originaux, ça ne doit pas se déplacer facilement. Mais il faut admettre que le prix du ticket c’est pour les effets spéciaux. Et pour les vidéos, que l’on pouvait regarder en ligne (soit dans le site créé pour le covid soit, au pire, en achetant le catalogue).

Mais, malgré les réservations et le protocole covid, il faut faire des queues interminables pour rentrer dans les différentes pièces de l’exposition… je me demande bien combien de personnes il y a à l’intérieur. Si vous voulez avoir l’espoir de tout voir à votre aise, réservez tard : à l’approche du soir les salles se sont vidées et c’est alors que c’est devenu vraiment appréciable. Nous sommes sortis avec la fermeture. J’ai juste eu le temps d’acheter le catalogue, qui comporte par ailleurs une impressionnante collection d’images, des peintures de restitution historique jusqu’aux photos d’archive des fouilles.

Vitrines et projections 360°, photo de l’auteur

Mais les explications écrites qui accompagnent les objets, et là je veux bien essayer d’être gentille mais c’est trop trop dur… et bien, elles sont franchement embarrassantes. Du style « les femmes se maquillaient » ou « les Romains jouaient aussi de la musique ». Ok, d’accord. Je vous promets que les manuels de latin pour les 5èmes font preuve d’une profondeur de réflexion historique de loin supérieure. Et pour être honnête certaines questions des élèves de 5ème aussi.

Car ?

Oui, pardon, je n’ai pas pu résister…
(Image par MIKI Yoshihito, depuis Flickr)

Or, en toute franchise, on ne peut pas dire qu’on nous avait promis autre chose. On avait compris que c’était « un parcours immersif », avec ses « projections 360° en très haute définition », ses « créations sonores » et ses « reconstitutions en 3D ». Sur ce point, on ne nous a pas menti : on a vraiment profité d’une « expérience d’un genre nouveau ». Et, là aussi, comprenez-moi bien : je suis pour ! Je suis à fond, même ! On ne peut pas avoir été prof en collège et ne pas être à fond. D’ailleurs, si je ne l’étais pas, je ne serais même pas allée voir. Et je suis consciente que je suis prof de Lettres Classiques, docteur en Science de l’Antiquité et napolitaine, ce qui veut dire que j’ai déjà profité de plusieurs « promenades immersives » dans la vraie Pompéi (avec l’effoi des 40° à l’ombre et des ordes de touristes américains qui bouchonnent les maisons). Je n’étais pas particulièrement facile à impressionner, quoi.

Mais, « per l’amor del cielo » et « for God’s sake », donnez-nous du contenu aussi. Je sais qu’il est de bon ton de s’éblouir des merveilles de la technologie. Et je le fais, comme je l’ai dit. Et je sais que, au contraire, ce n’est pas à la mode de dire qu’on aime lire et avoir des informations précises, contextualisées, détaillées. Mais, par Toutatis, on ne peut pas transformer la culture dans un spectacle de cirque. Et les vidéos, on les regarde mieux quand on est assis sur son canapé ou dans un confortable fauteil de cinéma. Les sciences humaines, et les expositions qui veulent en véhiculer les découvertes, ont besoin de rigueur, d’esprit critique, de réflexion, de débat… Ne donnons pas l’impression que ce sont là des choses dont on peut se passer, qu’on peut juste papilloner distraitement d’un contenu multimédia à l’autre pour apprendre quelque chose. Ne donnons pas cette impression, spécialement vis-à-vis des jeunes et même dans la vie de tous les jours. Et surtout ne donnons pas cette impression dans une exposition organisée par l’une des plus importantes institutions culturelles françaises. À quoi bon de s’immerger dans la platitude du zapping ?

Et voila, je vous ai fait ma dissertation des pauvres… Et vous, qu’en pensez-vous ? Avez-vous visité l’exposition ? Vous a-t-elle plu ? J’ai hâte de savoir… 🙂



Citer ce billet
Béatrice Lietz (2020, 29 août). Expositions immersives : êtes-vous convaincus ? Vice Versa. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v737

Béatrice Lietz

Docteur en Sciences de l'Antiquité, professeur agrégée de Lettres classiques, qualifiée aux fonctions de Maître de Conférences en section 21 et 8.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search