Une MANNe tombée du ciel

Je ne sais pas vous, mais moi cette ambiance de vacances de Noël me rend nostalgique, d’autant plus qu’à cause de ce satané covid c’est littéralement la première fois que je passe ces fêtes loin de ma famille et sans bouger de mon domicile. Ce n’est pas pour me plaindre : je sais bien que, en France, ma situation d’expatriée originaire d’un autre pays de la communauté européenne est plutôt chanceuse comparée à d’autres. Mais bon, de temps en temps la nostalgie arrive quand même. Et alors, pour la contrer, je vous amène en voyage dans ma ville natale… de toute façon, comme vous le savez, il faut toujours voir Naples, et ensuite mourir.

Le golfe de Naples avec le Vésuve, photo de l’auteur.

La dernière fois, moi je l’ai vue en juillet, pendant ce court moment de repit que nous avons connu cet été, entre une vague de covid et l’autre. Et là, j’ai fait quelque chose que je n’avais pas fait depuis un moment : j’ai visité notre glorieux Museo Archeologico Nazionale.

D’amour et de sang

Vous avez remarqué que je dis « notre » malgré le fait que je n’ai plus vécu à Naples de manière continuative depuis mes 19 ans ? Que voulez-vous : comme on dit en Italie « il primo amore non si scorda mai ». Quoi que, pour tout vous dire, entre moi et Le Musée ça a toujours été une relation quelque peu ambivalente…

En effet, quand vous avez passé votre enfance à Naples en dévorant toute sorte de récit concernant l’antiquité grecque, romaine, égyptienne et j’en passe… well, vous ne pouvez pas vous empêcher d’aimer Le Musée. Mais ensuite quand vous le visitez avec vos copains antiquisants de fac qui sont venus voir Naples avec vous pour ensuite mourir et que le trois quart des sections sont fermées sans préavis, ça met tout de suite une mauvaise ambiance. Et quand, en montant l’escalier monumental, vous remarquez que les statues qui soutiennent les lampadaires ont une telle fourrure de poussière sur les bras qu’on dirait les petites filles de King Kong… et bien, là vraiment vous n’êtes pas content. Et donc après, à chaque fois que vous vous apprêter à visiter Le Musée, c’est un savant mélange d’anticipation fébrile et d’appréhension qui vous prend à l’estomac et ne vous laisse plus tant que vous n’avez pas franchi le seuil.

Photo de Mister No, depuis Wikimedia Commons (licence CC BY 3.0)

Telle était donc ma situation quand, le 24 juillet dernier, je me tenais devant le portail du Musée en attendant l’ouverture. Eh oui, car à Naples, en juillet, si vous espérez arriver à faire quoi que ce soit après 09h00 du matin, vous êtes des fous et vous méritez de vous liquéfier dans votre bus, voiture ou rame de métro sans climatisation. Mais je m’égare. Donc, j’attendais d’entrer et, comme d’habitude, mille questions s’amassaient sur mes lèvres : quelle section sera-t-elle désespérément inaccessible ? Le personnel d’entretien aura-t-il trouvé le chiffon ? Bref, la tension était à son comble. Et là, enfin, la porte s’ouvre et…

Les bonnes surprises

Et quelle ne fut ma surprise, et ma joie, de découvrir que beaucoup de choses avaient changé depuis ma dernière visite (assez éloignée dans le temps à vrai dire).

Premièrement, tenez-vous le pour dit, Le Musée s’appelle désormais MANN, car les acronymes sont trop cool et que « Museo Archeologico Nazionale di Napoli » en fait tout naturellement un trop beau pour ne pas en profiter tout de suite. Enfin, même si c’est un peu dommage que, quand vous le googlez, tout ce que vous trouvez est le catalogue d’une entreprise qui produit des filtres multi-usage et un très connu écrivain allemand qui a reçu le prix Nobel pour la littérature en 1929. Et, d’ailleurs, le fait que ce soit dans cet ordre là ne fait présagir rien de bon pour les destins de l’humanité. Soyez donc bien sûrs d’écrire MANN Napoli si vous voulez le trouver.

Ensuite, et c’est le plus important, l’ambiance est toute changée : non seulement je ne vois pas le tant rédouté panneau avec les mini « accès refusé » collés à côté du nom de certaines salles, mais la poussière des siècles semble avoir disparu, littéralement et métaphoriquement.

Deux expositions temporaires étaient en cours, l’une plus belle et intéressante que l’autre (je vous en parlerai plus en détail, si je trouve le temps) :

  • « Thalassa, meraviglie sommerse dal Mediterraneo », qui s’est terminée le 31 août et s’organisait dans le célèbre « Salone della Meridiana », autour de l’Atlas Farnese (qui n’est pas un gros livre de géographie, mais une statue romaine qui représente le titan de la mythologie grecque dans son effort de soutenir la volte céleste). Elle était construite comme un voyage entre les constellations et tous les aspects de la vie maritime dans l’antiquité, ainsi que de l’archéologie sous-marine (d’ailleurs c’était assez émouvant de voir le parcours ouvert par une citation de Sebastiano Tusa, surintendant de la mer, décédé dans le récent accident du Boeing 737 MAX en Éthiopie) ;
  • « Gli Etruschi e il MANN », encore en cours jusqu’au 31 mai 2021, qui retrace la présence des Étrusques en Campanie mais aussi la naissance et l’histoire de l’étruscologie et l’entrée dans le musée de sa collection étrusque, entre faussaires, collectionneurs, trafiquants de vases et constructeurs de maquettes de tombes étrusques en liège !

Mais il y a plus. Dans l’exposition permanente, un air de renouvellement souffle dans les salles consacrées à la Grande Grèce, finalement reouvertes au public en juillet 2019, avec un parcours consacré à la diversité des cultures qu’y cohabitaient mais aussi une série de panneaux dédiés aux grandes figures qui ont fait avancer l’étude et la connaissance de cette région.

Et ce n’est pas fini. Car pendant que vous admirez les votifs de Locres et les magnifiques vases apuliens, vos pieds foulent littéralement des pavements romains : 2000 mètres carrés de mosaiques et dallages arrachés par les Borbons de Pompéi, Herculanum, Stabie et même Capri ! Restés longtemps cachés sous des tapis, ils peuvent désormais être admirés par les visiteurs, à condition de porter des couvre-chaussures, comme ceux qu’on vous donne à l’aéroport quand ils vous obligent à enlever vos bottes : une solution simple et efficace, qui nécessite de payer un petit supplement sur votre tickets et éventuellement d’attendre, car l’accès est limité à 200 personnes. Mais peu importe, car l’effet est saisissant !

La section Magna Grecia du Museo Archeologico Nazionale de Naples, photo Francesca Caiazzo

Un grand merci

Pendant que je savoure, je repense aux événements de la journée et je me lance sur le site du Musée pour comprendre qui je dois remercier, à part bien évidemment San Gennaro. Je découvre alors que le renouvellement des salles d’exposition s’accompagne à une miriade d’initiatives de toute sorte : nouvelles publications à destination tout public, campagnes interactives sur les réseaux sociaux et conventions avec d’autres acteurs du secteur turistique… par exemple, vous pouviez obtenir une réduction sur votre ticket pour l’expo Thalassa si vous aviez pris le ferry pour vous rendre sur l’une des îles du golfe de Naples. Je ne sais pas quoi dire : c’est magistral. Si seulement tout le patrimoine artistique et culturel de l’Italie pouvait être valorisé de la sorte, le pays ferait un bond en avant de plusieurs décennies.

Quant à l’entité surnaturelle à laquelle il faut adresser les nécessaires actions de grâce, il s’agit de Paolo Giulierini, archéologue de Arezzo (en Toscane) et directeur du Musée depuis 2015 (pour en savoir plus, vous pouvez lire cette interview sur Museum Week Magazine). J’ai dû rater plein de choses d’ici-là (trop prise par l’angoisse de finir ma thèse pour y faire attention), mais ce qu’on peut observer aujourd’hui est le résultat de cinq années de travail qui portent indéniablement leurs fruits. D’ailleurs, je suis heureuse d’apprendre que M. Giulierini a été confirmé à la tête du Musée jusqu’en 2023 : on va donc continuer à en voir des belles. En bonne napolitaine, je suis prête à lui dresser un autel dans la rue, à côté de celui de Maradona. Et en tout cas, merci. Merci beaucoup de nous avoir rendu notre Musée et de nous l’avoir rendu à la hauteur de ses collections.

Photo de Cymbella, depuis Wikimedia Commons (domaine public)

Et vous, avez-vous déjà visité le MANN ? Quand ? Qu’en avez-vous pensé ? N’hésitez pas à me faire savoir… 🙂



Citer ce billet
Béatrice Lietz (2020, 25 décembre). Une MANNe tombée du ciel. Vice Versa. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v73a

Béatrice Lietz

Docteur en Sciences de l'Antiquité, professeur agrégée de Lettres classiques, qualifiée aux fonctions de Maître de Conférences en section 21 et 8.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search