Manuel de survie à la correction du DNB de Français

(Image par Anja Heidsiek de Pixabay)

Chaque année, au début du mois de juillet, des milliers de professeurs se dirigent confiants vers des nombreux collèges de France pour y passer une (ou deux, ou une demie) journée à corriger les copies du DNB. Car la correction doit se faire rapidement, les résultats doivent paraître bientôt, et c’est connu que quand on donne des copies à un vilain prof de collège, on ne peut pas lui faire confiance pour les ramener en temps et en heure. Et donc, obligation de correction sur place, avec sorties autorisées directement par le chef du centre de correction (c’est-à-dire le chef d’établissement du collège de correction). Heureusement qu’il y a le café et les petits fours, quoi. Et encore, les petits fours si vous avez de la chance.

Et donc moi aussi, après avoir testé le Bac et le BTS en format numérisé, j’ai repris cette année la voie de mon centre de correction obligatoire (toute homonymie avec des anciennes institutions carcéraires est purement fortuite). Sauf que cette année, pour plusieurs raisons, je me suis trouvée beaucoup moins disponible à faire des compromis. Et donc voici, à destination de tous ceux qui, comme moi, n’aspirent qu’à survivre, les dix conseils à suivre (du moins selon moi) pour ne pas se noyer.

1. Défend tes deux journées de correction comme si c’était la plage de Dunkerque

Ou plutôt, si tu préfères, le sol sacré des Thermopyles. Enfin, si tu as la chance d’en avoir deux, car dans certaines académies il s’agit encore d’une seule journée, et alors bonjour la galère. Car si on calcule (généreusement) qu’il faut entre 15 et 20 minutes pour corriger une copie, entre la réunion d’harmonisation qui tend à durer deux heures au lieu qu’une, le nombre de copies / correcteur désormais presque fixe entre 35 et 40, les collègues absents et les réservistes souvent insuffisants, c’est vite parti pour une journée de plus de 10 heures de travail. Je sais que beaucoup sont prêts à tout pour les faire rentrer (et je comprends, vu qu’on peut être convoqués loin de son domicile). Mais voici arriver les compromis que, cette année, je n’étais plus prête à faire : sauter le déjeuner, ne pas aller aux toilettes, etc. On pourrait se dire “chacun à sa sauce”, non ? Oui, mais ça reste quand même un problème quand cela pousse les chefs d’établissement à s’organiser comme si la deuxième journée n’existait pas… Et donc il faut appeler Léonidas, je sais qu’il se cache en toi.

2. Apporte le nécessaire

Des stylos ? Bien sûr. Mais pas que. De la nourriture que l’on puisse consommer sans risquer de tâcher les copies. Peu importe si tu veux des bonbons, des myrtilles lavés le soir avant, des barres de céréales, des biscuits ou du fenouil cru (oui, on peut mager du fenouil cru à la croque et c’est même très bon). Peu importe, mais fais-le, car tu n’auras pas beaucoup de pauses. Si tu n’aimes pas le café en gros thermos de l’institution (quelqu’un aime ?), prends aussi ta source de caféine préférée (et là, on pourrait discuter des heures sur la pénurie de PocketCoffeeTM en France). Et des écouteurs pour tes playlists “focus at work” (moi j’aime bien Writing Focus Music for work & study sur Deezer… tout ça parce que mon compagnon est français et qu’on ne peut pas avoir Spotify comme le reste du monde). De l’eau on va te la donner, mais en bouteille plastique. Donc, tant qu’à faire, amène une gourde et sauve la planète (sauf si après tu dois venir en camion, car ça décompense). Pour finir : non, tu n’as pas besoin de mettre une couche pour éviter d’aller aux toilettes.

3. Ne te dispute pas avec les collègues à la réunion d’harmonisation

Je sais. Je sais que tu n’es pas d’accord. Personne n’est d’accord. Avec personne d’ailleurs. Mais compte jusqu’à dix avant de parler. Pense si c’est vraiment utile. Car tout ce que tu diras sera utilisé contre toi en réduisant ton temps de correction.

4. Ne compte pas tes copies

Personne n’a besoin de s’énerver avant même de commencer. De toute façon ça ne sert à rien : à 75 centimes la copie, cela fera entre 1 et 2 euros par heure de travail. Cela ne change pas grand-chose. Mais remplis bien ta demande de rémunération, car pourquoi on épargnerait du travail à ceux qui nous ont organisé tout cela ? Mais surtout, peu importe que les collègues qui corrigent le Bac soient mieux payés ou qu’ils aient le droit de corriger chez eux : souviens-toi que le DNB n’est pas pire que le Bac. Tu vas tout de suite te sentir mieux.

5. N’attends pas de deus ex machina

Si tu ne sais pas ce que cela veut dire, tu n’avais qu’à faire du latin quand tu étais toi-même au collège. Mais, en gros, personne ne viendra te sauver. Même si tu sais que, dans ton collège, 5 collègues n’ont pas été convoqués, il n’y aura jamais personne à appeler en réserve. J’aimerais savoir comment sont faites les listes. Ou plutôt quelle est la technique pour y devenir invisible, car visiblement ça fonctionne. Du moins, pour une fois, ça ne dérive pas de raisons budgetaires, vu qu’on est payés à la copie. Pour l’instant, tu n’as qu’à te résigner que tu corrigeras ton paquet seul, peu importe sa taille, et même les copies en plus qu’on te donnera à cause des absences. Cela te fera un bon entraînement pour la compétence “accepter avec courage les difficultés de la vie”. Sénèque aurait adoré. Si tu ne sais pas qui c’est, vois plus haut.

6. Choisis bien ta salle (de correction)

Pense à l’exposition au soleil (de la table aussi). Et décide si tu préfères des collègues qui s’échangent des remarques sur les copies ou bien le silence absolu (cela dépend des personnes). Mais si tu es dans le deuxième cas, n’exagère pas : une fois on a dû rester une heure de plus parce qu’on ne trouvait plus un paquet de copies… car une collègue s’était enfermée dans le placard à balais pour corriger dans le silence. Ambiance. Si tu es avec le coordo, tu pourras poser des questions plus facilement. Et si tu peux avoir des toilettes proches, c’est jackpot. Mais surtout pas de couche, hein ? Même si tu dois descendre deux étages pour les toilettes. Au pire, cela feras du bien à ta circulation sanguine.

7. Corrige en ordre d’investissement intellectuel demandé

Tu en auras de moins en moins au fur et à mesure que la journée avance. Inutile de commencer par les dictées, donc. Certains préfèrent faire élève par élève, plutôt qu’exercice par exercice. Pour avoir la vision globale. Cela s’entend. Moi je suis trop flippée de ne pas me souvenir assez bien des copies précédentes et des indications de correction, et d’être obligées de faire des aller-retours tout le temps. L’autre avantage est qu’à 16h00, quand tu ne sais plus comment tu t’appelles, au moins tu peux avancer sur les dictées. Et là, c’est le moment de sortir ta playlist “focus at work”. Mais avec tes écouteurs, hein ? Comme ça personne ne finira dans le placard à balais.

8. Prends le temps de réflechir avant de lire les rédactions

C’est d’ailleurs, à mon avis, la meilleure manière de commencer (= investissement intellectuel maximum). Mais les avis divergent sur la question, donc à toi de voir. En tout cas, les indications de correction sont souvent assez larges (ce qui est souhaitable en la matière). Cela demande de réflechir un peu en amont à la meilleure manière de les appliquer en pratique. Personnellement, je prends quelques notes à côté sur un brouillon, toujours pour éviter de faire des aller-retours entre copies. Mais ça prend du temps. D’où la nécessité de faire appel à Léonidas.

9. Souviens-toi que tu aimes tes collègues des autres matières

Oui, tu les aimes bien. Tu aimes papoter avec eux dans la salle des profs. Et monter des projets avec eux. Et organiser des sorties. Etc. Souviens-toi. Comme ça tu ne les enverras pas bouler quand ils se pointeront comme des fleurs à midi du premier jour pour dire « coucou, moi j’ai fini, je vais manger, je vais me promener, aurevoir, bon courage pour la suite ». Ce serait dommage de gâcher des relations pour une seule journée de centre de correction.

10. Relax

Malgré tout, ce n’est que deux jours. Il y a pire (le Bac, par exemple). Je sais : c’est frustrant d’être obligés de faire les choses d’une certaine manière quand tout le monde sait qu’il serait tellement mieux de les faire d’une autre manière, sauf bien sûr la mystérieuse entité qui a organisé ça sans jamais y avoir participé ni même être venue voir ce que ça donne. Et c’est frustrant de savoir que cette entité, même si on lui dit à chaque fois, reste toujours intimement persuadée qu’elle connaît le sujet mieux que tous ces profs fainéants et râleurs. Ou alors elle est trop paresseuse pour changer de méthode, quand on a toujours fait ainsi (en fin des comptes, c’est forcément des fonctionnaires aussi). Mais peu importe. Souviens-toi de Sénèque. Accepte. Fais du yoga. Fais de la relaxation. Fais de la méditation. Va courir. Fais quoi que ce soit pour te détendre, ce que tu veux. Et souviens toi que c’est bientôt les vacances.

Et quand vraiment c’est trop dur, je te conseille d’écouter une incontournable hit italienne des années ’80 : Alghero de Giuni Russo. Pour tous ceux qui lisent l’italien, voici un avant-goût :

Voglio andare ad Algheeeeeeeeroooooooooo

in compagnia di uno stranieeeeeeeeroooooooooo

le corse sfrenate

su moto cromate

di sera, l’estateeeeeeeeeeeeeee

Alghero, d’ailleurs, est une riante localité de la Sardaigne…
(Image par Elena Giglia de Flickr)

Et vous, comment ça s’est passé cette année ? Avez-vous survécu ? Et comment vous avez fait ? N’hésitez pas à me faire savoir. 🙂 🙂 🙂



Citer ce billet
Béatrice Lietz (2022, 6 juillet). Manuel de survie à la correction du DNB de Français. Vice Versa. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v73f

Béatrice Lietz

Docteur en Sciences de l'Antiquité, professeur agrégée de Lettres classiques, qualifiée aux fonctions de Maître de Conférences en section 21 et 8.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search