Si vous enseignez à la Fac, vous pouvez sauver les Langues Anciennes : voici comment

Bien, bien, on entame un gros sujet. Un dernier pour faire le bilan de ma brève expérience au Lycée. Or, peut-être que vous êtes en train de vous demander « et pourquoi diantre faudrait-il que je sauve les Langues anciennes ? ». Question légitime. Mais je ne vais pas spécialement y répondre dans ce billet, ce serait beaucoup trop long. Je m’adresse ici, de ce point de vue, aux déjà convaincus.

En revanche, si vous enseignez les Langues anciennes à l’Université et que vous êtes blasés par les effectifs de plus en plus réduits et par les multiples tentatives de fermer vos formations, vous vous dites peut-être que vous faites déjà le maximum. Je sais. Mais justement, ce n’est pas nécessairement à vous que je m’adresse.

Je m’adresse plutôt, en général, aux enseignants de toutes les facultés humanistes, toute discipline confondue. Ou du moins, comme j’ai dit, à ceux d’entre eux qui sont convaincus que les Langues anciennes méritent d’être sauvées. À peu près 10 personnes, donc. Peut-être, mais ce serait déjà ça. Et le but, pour l’instant, est de sauver les Langues anciennes au Lycée.

Les Langues anciennes et la réforme du lycée

Or, si vous appartenez à mon public de 10 personnes et que vous n’avez aucune connaissance sur l’enseignement actuel des Langues anciennes au Lycée (cela doit faire environ 4 personnes d’après mes calculs), vous aurez peut-être dans un premier temps l’impression qu’il n’y a pas besoin de sauver quoi que ce soit parce que tout se passe déjà très bien. Mettons, par exemple, que vous ouvrez Éduscol, site officiel du Ministère de l’Éducation Nationale pour « informer et accompagner les professionnels de l’éducation », et que vous consultez les pages dédiées aux horaires des enseignements de la voie générale. Vous trouverez que :

  • en Seconde, les élèves peuvent choisir un enseignement optionnel de Latin et/ou de Grec pour un total de 3h/semaine ;
  • en Première et Terminale, ils peuvent continuer de suivre cet enseignement, avec le même volume horaire ;
  • en Première, ils peuvent même choisir, parmi leurs trois spécialités obligatoires, un enseignement de Littératures et langues et cultures de l’Antiquité (LLCA) pour 4h/semaine ;
  • en Terminale, s’ils poursuivent cet enseignement de spécialité, ils auront 6h/semaine et une épreuve au bac qui comptera avec un coefficient 16, comme toutes les autres spécialités.
Image par G Lopez, depuis Pixabay

Si jamais vous vous n’étiez jamais encore penchés sur la question, maintenant vous vous demandez peut-être qu’est-ce qu’ils avaient à se plaindre, les profs de Lettres classiques, quand la réforme du lycée a été mise en place (et aussi pourquoi vous devriez continuer de lire). Et remarquez, moi non plus, je ne pense pas que ce soit mauvais, du moins dans les intentions.

La première fois que j’ai lu ce que la réforme voulait mettre en place, au-delà de ce qu’on peut penser en général du système des spécialités et de ses difficultés d’application, j’ai d’abord pensé que c’était en ligne avec les préconisations du rapport de 2011 sur l’enseignement des Langues anciennes dans le secondaire. Réalisé par l’Inspection générale, ce rapport très complet et détaillé comportait même un volet de comparaison avec d’autres pays européens et finissait par pointer une grosse incohérence du système français : on enseigne plus de Latin et Grec au Collège, et au Lycée en série S, que là où il y en a le plus besoin, c’est-à-dire au Lycée en série L pour des élèves qui s’orientent vers une formation humaniste. La recommandation était donc de faire des Langues anciennes « une voie d’excellence pour redynamiser la série littéraire ». Transformez tout cela dans la logique modulaire des spécialités et vous avez à peu près la même chose : devenant une spécialité, les Langues anciennes redeviennent une “vraie” matière (au lieu que seulement une option), susceptible d’être choisie en priorité par ceux qui s’orientent vers des formations humanistes, là où la connaissance des langues et de la culture classique est la plus utile. Pour tous les autres, dans l’intérêt de la culture générale, l’enseignement optionnel continue d’exister, avec un programme différent.

En perspective, cela voudrait dire des humanistes formés au moins un minimum aux Langues anciennes (comme dans tous les autres pays européens). Et donc fini, par exemple, avec les profs de Français qui ne connaissent pas le sens étymologique de certains mots français, comme inventer par exemple, ou ne s’aperçoivent pas que toute l’essence d’un roman de jeunesse dystopique se trouve déjà dans le titre, Nox, « la nuit » en latin (exemples réels). Et fini avec les profs d’Histoire qui ne savent pas répondre à un élève de 6e qui demande si basileus est un mot grec ou latin (autre exemple réel). Génial, non ? Non.

Ce qu’il se passe en réalité

Le problème, en effet, ne réside pas dans la théorie ou dans l’intention (à moins de vouloir adopter une attitude complotiste, ce qui est toujours possible pour ceux qui le veulent), mais plutôt dans la pratique. Pour s’en rendre compte, il suffit de consulter un peu de statistiques :

  • la proportion d’élèves latinistes et hellénistes est en baisse constante depuis plusieurs années et la réforme ne semble pas avoir amélioré les choses : d’après cet article du Figaro étudiant, en 2022, seulement 3% des lycéens sont latinistes, 0,7% hellénistes ;
  • la spécialité ne draine pas énormément d’élèves, même si elle n’est pas la moins lotie, comme on peut le constater en consultant le tableau de cet autre article du Figaro étudiant : au bac 2022, entre latin et grec, cet enseignement a été choisi par 772 élèves, plus que pour la spécialité d’Allemand. Mais cela reste très peu quand on considère que le total des candidats est 366 000.

Mais pourquoi il y a toujours aussi peu d’élèves d’élèves qui choisissent les Langues anciennes ? Si quelqu’un me répond que c’est parce que ce sont des matières ennuyeuses et classistes, je vous promets qu’il va découvrir à quoi ressemblait l’Hydre de Lerne.

Cratère attique attribué à Kleophrades (env. 490 av. J.-C.), The J. Paul Getty Museum (Malibu).
Image du site Theoi.

Mais il faut admettre que la mauvaise réputation de ces enseignements n’aide pas. Et je ne parle même pas de la mauvaise réputation auprès des élèves, mais bien souvent auprès des professeurs des autres matières et du personnel de direction, qui se permettent tous allègrement de formuler des jugements sur des disciplines que, dans la plupart des cas, ils n’ont même pas jamais tenté d’étudier ni découvrir. Oui, je suis un peu aigrie sur le sujet.

Un premier problème est que cela impacte le nombre d’heures effectivement disponibles. L’enseignement optionnel, les fameuses 3h/semaine pour les non spécialistes, existe dans de moins en moins de lycées et, même quand il y est proposé, il bénéficie très rarement des moyens horaires préconisés dans les textes. Les solutions dont je suis au courant vont de 2h/semaine par niveau (encore pas mal) à 2h/semaine tous niveaux confondus, c’est-à-dire qu’il y a un seul groupe comprenant des 2nde, des 1ère et des Tle (bon courage pour construire une progression de langue). Mais il y a surement encore pire. Le fait est que, au Lycée, les enseignements optionnels sont très nombreux et tous en compétition pour les mêmes moyens horaires, déjà limités. On privilégie généralement ce qui est amusant et attractif pour les élèves et même si l’enseignement des Langues anciennes peut être même amusant et attractif, encore faut-il qu’il ne soit pas fermé avant que le professeur n’ait eu la chance de le démontrer.

La spécialité, quant à elle, est proposée dans très très peu de Lycées. Vous pouvez vous amuser à les compter, en utilisant les données officielles communiquées par le Ministère (ici, une carte interactive), mais cela serait inutile, car bien souvent même si une spécialité existe sur le papier, elle n’est pas proposée en réalité, par manque d’effectifs. Souvent cela veut dire que quand les premiers élèves se sont inscrits on leur a dit qu’il n’y avait pas assez d’heures et que donc, au lieu d’avoir les 4h/semaine prévues, ils allaient suivre l’enseignement optionnel avec les autres élèves pendant 2h/semaine et ensuite bénéficier de seulement 1h/semaine qui leur serait entièrement dédiée. Les élèves sont en général suffisamment intelligents pour comprendre que ce ne sont pas là des conditions optimales pour préparer une épreuve du bac qui a coefficient 16, et donc ils abandonnent entre la 1ère et la Tle.

Si on voulait développer cette spécialité, il faudrait bien sûr lui accorder son volume horaire complet, même s’il y a peu d’élèves, et attendre que cela s’améliore d’une année sur l’autre. Mais encore faudrait-il le vouloir. Et c’est tellement difficile que beaucoup de collègues considèrent que la spécialité est morte d’avance (même là où elle existe sur le papier). Mieux vaut se concentrer sur l’enseignement optionnel, en espérant d’attirer des élèves avec les voyages en Italie et les escapes games (je caricature, mais ce n’est pas loin). Et je les comprends, car quand il faut se présenter devant les élèves avec des solutions horaires comme celle que je viens de décrire on a vraiment l’impression d’être des criminels.

D’accord, me direz-vous, mais à la fin le problème le plus important est que les élèves ne s’inscrivent pas. Et ensuite c’est facile pour un proviseur d’utiliser cela comme preuve du fait que ces enseignements n’ont aucun intérêt. Car tout le monde sait que les adolescents sont les meilleurs juges de l’intérêt pédagogique des enseignements qu’on leur propose.

L’intérêt des élèves

En vrai, la plupart du temps, ce n’est pas que les élèves ne sont pas intéressés. Je ne veux pas dire qu’il y en a beaucoup qui s’intéressent aux Langues anciennes en tant que telles et pour elles mêmes, évidemment. Car de ceux-là, s’il y en a 2 dans un Lycée de 1600 élèves (autre histoire vraie), c’est probablement déjà supérieur à la moyenne nationale. Non. Mais il y a beaucoup d’élèves qui se passionnent pour les matières humanistes. Je le sais parce que je les ai vus. Il y a des élèves qui vous citent Platon, Nietzsche et Heidegger dans leurs rédactions de 1ère avant même d’avoir jamais étudié la Philosophie. D’accord, pas mes références préférées, mais passons. Et il y a des élèves qui se destinent à des études d’Histoire, d’Art, de Littérature, de Loi, de Sciences Politiques, de Sociologie et ainsi de suite. Et vous savez ce qu’ils choisissent comme spécialité ces élèves-là ? Maths, SVT et Sciences-Physiques.

Image par Gerd Altmann de Pixabay

Pourquoi ? Eh bien c’est héritage de l’ancienne série S, considérée le passepartout magique pour toute orientation envisagée. Et les traditions, on le sait, sont dures à mourir. Mais attention, car ces spécialités ne sont pas comme la série S. Leur programme est beaucoup plus pointu et difficile, et cela pour toutes les disciplines. Et ça va jusqu’au point que cette stratégie devient contre-productive. J’ai vu des élèves arriver en fin de 1ère avec la moyenne de 8/20 à ces trois spécialités et se voir refusés la possibilité de redoubler (il faudrait être fous, avec ce que ça coûte à l’État de maintenir un élève pendant une année de plus dans le système scolaire). Et donc, il faudrait continuer en Tle quand on n’a pas la moyenne dans les trois matières les plus importantes du cursus et que l’on sait déjà pertinemment que l’on n’aura pas son bac car le coefficient des spécialités est (vous vous en rappelez ?) 16. J’espère seulement qu’ils ont gagné leurs recours.

Morale pour les élèves de 2nde : il faut absolument, dans la mesure du possible, choisir des spécialités qui vous intéressent et dans lesquelles vous pensez que vous pouvez réussir. Mais cela aussi ce n’est pas facile. Par exemple, saviez-vous que certaines Prépa littéraires accordent explicitement une préférence aux élèves qui ont des bons résultats en Maths ? (autre histoire vraie). Et donc, une fois que les Maths ont disparu du tronc commun, comment on fait pour être acceptés dans ce type de prépas ? Il faut forcément s’inscrire en spécialité Maths. Ce n’est pas la faute des élèves. Les Maths, et les matières scientifiques en général, ont pris tellement de poid, et pendant tellement longtemps, dans l’orientation vers le supérieur, que l’on ne va pas s’en sortir aussi facilement.

TOWANDAAAA !

Pendant mes années au Lycée, une fois, une collègue des Maths s’est justement plainte dans la salle des profs de la suppression de sa matière du tronc commun. Elle a dit : « c’est insupportable, nous devenons comme les profs de Latin ! ». Il m’a failli maîtriser toutes mes énergies pour ne pas lui foncer dessus à coups de chaise au cris de Towanda (comme dans la scène du parking en Fried Green Tomatoes). Car cette suppression a eu exactement l’effet inverse : elle a drainé tous les élèves vers la spécialité Maths, avec les effets catastrophiques que l’on connait. Heureusement que cela vient d’être corrigé. Pour une fois que nos intérêts étaient alignés avec ceux du lobby des profs de Maths…

Et maintenant, il faut arrêter avec l’orientation aussi. Comme pour les Maths et pour les matières scientifiques, les programmes des spécialités sont très pointus. Ce n’est pas parce qu’un élève les a choisies qu’automatiquement il n’a pas le niveau, surtout s’il a des bonnes notes. L’un des objectifs de cette réforme, quoi que l’on en pense, était justement de casser cette logique riducule. Oui, direz-vous, mais en attendant les élèves continuent de faire comme avant et même si tous les programmes de spécialité sont exigeants, on ne parle pas du même niveau d’exigeance. Admettons (quoique). Mais alors, vous enseignez dans une faculté du bloc humaniste et voulez quand même des élèves capables de soutenir un haut niveau d’exigence ? De raisonnement logique ? De rigueur dans l’application de méthodes complexes ? Arrêtez de demandez les Maths. Demandez la Spécialité Littératures et langues et cultures de l’Antiquité (LLCA). Attention, la spécialité, pas l’enseignement optionnel, sinon vous vous retrouvez avec des élèves qui n’ont fait que des films et des gâteaux parce qu’il fallait soutenir la compétition avec l’option Arts du cirque (encore une fois, je caricature, mais à peine).

Vous me direz, oui, mais tu viens de dire que, pratiquement, cette spécialité n’existe pas. C’est vrai. Mais elle n’existera jamais si cela ne vient pas de vous. Les choix des élèves au Lycée sont dirigés presque uniquement par les angoisses liées à l’orientation. Et comment sont-ils censés savoir à quel point les Langues anciennes sont précieuses quand on s’oriente vers une formation humaniste ? Comment sont-ils censés le savoir si on ne le leur dit pas ? Comment sont-ils censés le savoir quand leurs parents ne le savent pas ? Quand leurs professeurs ne le savent pas ? Parce que, pour la plupart, ils n’ont jamais étudié des Langues anciennes de leur vie ? Et nous, les profs de Lettres classiques, on n’arrivera jamais à convaincre tout le monde (élèves, parents, collègues et personnel de direction) si nos paroles sont contredites par vos documents d’orientation.

Alors, si vous enseignez à l’université dans une faculté humaniste, si vous voulez empêcher les humanités d’être noyées par les sciences, si vous pensez que les Langues anciennes ont de la valeur dans les formations humanistes et si, vous aussi, vous avez un jour eu envie de prendre un prof de Maths à coups de chaise (je plaisante, hein : aucun prof de Maths n’a été maltraité pour de la rédaction de ce billet), alors, s’il vous plaît, battez-vous pour que vos documents d’orientation mentionnent la Spécialité LLCA. Et, alors, peut-être, on arrivera à en avoir au moins une par secteur. Et de là, ensuite, on ne pourra que remonter.

Image par eko pramono de Pixabay

Et vous, qu’en pensez-vous ? Si vous enseignez au Lycée, quelle a été votre expérience avec la réforme, l’option et la spécialité de Langues anciennes ? Est-ce que vous êtes d’accord ? Et si vous enseignez à l’Université, est-ce que vous avez la main sur les documents d’orientation ? Est-ce que cela vous semble possible ? N’hésitez pas à me le faire savoir. 🙂 🙂 🙂



Citer ce billet
Béatrice Lietz (2022, 25 juillet). Si vous enseignez à la Fac, vous pouvez sauver les Langues Anciennes : voici comment. Vice Versa. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v73g

Béatrice Lietz

Docteur en Sciences de l'Antiquité, professeur agrégée de Lettres classiques, qualifiée aux fonctions de Maître de Conférences en section 21 et 8.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search