Recherche, enseignement et… grossesse !

Eh bien oui, je pense qu’à 36 semaines sonnées il est temps de faire coming out. Et comme ça vous saurez pourquoi j’étais obsédée par la position des toilettes dans mon billet du mois de juillet sur la correction du brevet de Français. Je suis enceinte et si tout se passe bien, nous accueillerons à la maison, dans quelques semaines, un petit Hadrien (avec un H !) qui va certainement beaucoup nous changer la vie.

Bien sûr, direz-vous, il fallait qu’il s’appelle comme un empereur romain. Mais je vous assure : ce n’est pas de mon ressort. Ou pas entièrement, du moins. De mon côté, ce nom n’était au début qu’un petit point dans une liste qui en contenait une cinquantaine (tous parfaitement normaux et très peu romains ou grecs, je tiens à le souligner). Mais le papa est passé par là. Et soudainement Hadrien était le seul qui convenait. « Ou alors », tentait-il chaque soir, « on pourrait l’appeler… Winston, Hannibal, Vercingétorix, Priame, Ulysse »… Ah oui, direz-vous encore, ton compagnon est historien aussi ! Et ben, non. Il a fait des études de droit et il n’est ni historien, ni chercheur, ni prof, ni autre. Non, il a un insoupsonnable travail normal d’insoupsonnable personne normale. Et pourtant. Il fallait forcément qu’on soit des gros nerds pour se retrouver. Et d’ailleurs, que ce soit dit, c’est toujours lui qui tient beaucoup à cette histoire de H. On me dit que ça ferait snob. Mais comme je suis italienne, je suis très peu sensible à ces subtilités linguistico-sociétales du Français, et donc on est content comme ça !

Mais ce n’est pas pour parler de noms que je suis venue m’assoire devant mon ordinateur en ce beau dimanche matin de mon congé maternité. Non. C’est parce que, maintenant que je suis à la fin de cette expérience, il y a plusieurs réflexions que j’aimerais partager avec vous, notamment sur le rapport entre grossesse, maternité et travail.

Image par congerdesign, depuis Pixabay

Ce que je pensais avant d’être enceinte

Quand on a pris officiellement la décision d’essayer d’avoir un enfant, je portais avec moi beaucoup de représentations et d’idées reçues sur la maternité et la grossesse que l’on pourrait aisément reconduire à ces trois points fondamentaux :

  1. une femme qui attache de l’importance à sa carrière peut faire en sorte qu’une grossesse n’influence pas sa vie professionnelle ;
  2. la France est un pays où la législation et la société encouragent les femmes à concilier leur maternité avec leur travail ;
  3. la grande bataille du féminisme est de faire reconnaître l’égalité entre les hommes et les femmes, notamment dans le domaine du travail et de la parentalité.

Oui, on va s’attaquer rien de moins qu’aux « grands systèmes du monde ». Et on va voir comment la réalité a eu raison de mon inconsciente naïveté.

Ce que j’ai appris pendant ma grossesse

Sur le point n° 1 : travail et grossesse

Face au projet d’une grossesse, j’ai d’abord essayé de calculer quel serait le meilleur moment pour démarrer. Car d’être en maternité pendant les grandes vacances, par exemple, serait vraiment la loose. Heureusement, on prend conscience très vite de la futilité de cet essai. Vous voyez tous ces documentaires animaliers où, quand la saison arrive, le mâle et femelle passent une torride nuit d’amour et ensuite, quelque temps plus tard, elle accouche d’un certain nombre de petits ? Eh bien, il doit y avoir un gros raccourci narratif ou alors l’espèce humaine est vraiment très mal en point ! Car vous savez quel est le pourcentage de probabilités qu’une femme reste enceinte si elle a des rapports le jour de son pic de fécondité ? Environ 25%. Oui. Seulement. Il faut donc maximiser, pas calculer (si en revanche votre objectif est de ne pas concevoir, continuez avec la contraception sinon ça reste la roulette russe).

Tant pis si vous finissez enceinte au pire moment de votre carrière… de toute façon, si vous aviez des projets particuliers ou des accords pour réaliser des vacations à l’université (comme moi), vous devrez toujours les annuler : et ça, aucune garantie que vous reprendrez le poste derrière !

Après avoir réglé ce problème, je pensais que, une fois enceinte, je pourrais pour la plupart continuer mes activités normales, surtout pendant les premiers mois, s’il n’y avait pas de complications majeures… et pas trop de nausées. Mais, à J+2, je me suis endormie après le déjeuner, sur un fauteil du salon, entourée de mes parents, ma sœur, son mari et leurs deux jumelles d’un an, tous italiens évidemment, et donc, par défaut, pas particulièrement silencieux. Et là j’ai commencé à me douter de quelque chose…

Au premier trimestre, je n’ai pas eu de nausées. Mais les nausées ne sont que la pointe de l’iceberg, un des possibles symptomes des énormes variations hormonales qui vont vous empêcher, dès le premier jour, de mener ce que vous appelez une vie normale : votre appareil digestif devient tellement imprévisible qu’il faut abandonner toutes vos habitudes alimentaires et jeter les trois quart du contenu de vos placards. Le quart restant vous le jetez à cause des interdictions alimentaires, pour vous protéger des nombreuses infections auxquelles vous êtes désormais plus vulnérable car votre système immunitaire, en gros, fait la même chose que votre appareil digestif. Et donc, dès qu’il y a un virus ou une bactérie qui passe… c’est vous qui le chopez. Imaginez le bonheur de travailler dans un collège. Mais tant mieux, car au moins vous pouvez être en arrêt et vous reposer. Et vous en avez besoin, car toujours grâce aux hormones, vous êtes tout le temps fatiguée : la moindre activité physique vous draine beaucoup d’énergie et vous avez envie de dormir (et parfois vous vous endormissez) partout et à n’importe quelle heure. Et pendant tout ce temps, probablement, vous ne révélez pas l’heureuse nouvelle, car on ne sait jamais. Cérise sur le gateau, quand vous allez chez le médecin, on vous dit d’un air rassurant « la grossesse n’est pas une maladie ». Et vous de penser : « Mais vous êtes sûr ? Non, parce que ça ressemble quand même… ».

Le prochain qui me dit ça, je vais retrouver mon énergie juste pour le bouffer…
(Image par Mona El Falaky, depuis Pixabay)

Comment cela peut ne pas influencer votre vie professionnelle ? Dans le meilleur des cas, vous n’arrivez qu’à faire le strict minimum nécessaire. Pour moi, c’était mes 11h/semaine d’enseignement, entre collège et université. Tout le reste est passé à la trappe (salut, le livre tiré de ma thèse !). Et j’ai compris pourquoi la nature est bien faite et elle m’avait empechée de tomber enceinte au premier semestre, quand mon emploi du temps était beaucoup plus chargé : je n’aurais jamais pu tenir.

Ça commence donc dès le début, mais rassurez-vous, après il y a le deuxième trimestre, ou l’oasis de bonheur. Hormones stabilisées, humeur à preuve de tonnerre, énergie renouvelée… D’autre part, sinon, personne n’aurait supporté les neuf mois. J’ai eu la chance, non calculée, que ça tombe pendant les grandes vacances, et là j’ai pu retrouver les autres projets que j’avais négligés avant (coucou, le livre tiré de ma thèse !).

Cela dure à peu près jusqu’à ce que votre bébé rejoigne la taille qui vous fait devenir une baleine. C’est-à-dire que, s’il est petit, peut-être que vous êtes tranquille jusqu’à la fin. Nous, il fait le 99e percentile (pour les non adeptes, le maximum est 100), car les napolitains et les empereurs romains font toujours les choses en grand. Et donc, dès le début du troisième trimestre, les douleurs musculaires et articulaires sont arrivées. Le jour de la prérentrée, j’ai seulement jeté un coup d’oeil aux deux étages d’escaliers de mon collège dépourvu d’ascenseur et j’ai commencé à alluciner des marches en vision tunnel, style construction impossible d’Escher.

J’ai été arrêtée le jour après, jusqu’au début de mon congé maternité. Bonne nouvelle, car j’ai pu me consacrer à mes autres projets (bonjour, le livre tiré de ma thèse !). Mauvaise nouvelle, car je n’ai pas encore été remplacée et je ne sais pas si les langues anciennes dans le collège vont survivre à une si longue période sans prof. Affaire à suivre.

Les vraies baleines, elles, ne semblent pas particulièrement affectées par des problèmes de mobilité…
(Image par Brigitte Werner de Pixabay)

Pour finir, je zoome sur la situation actuelle : toute activité ou position tenue pendant plus que 20 minutes provoque des douleurs à un endroit différent. Cela inclut être assise dos droit, être début, marcher, n’importe quelle position de yoga (même prénatal) et être allongée sur le côté (la nuit, des douleurs vous réveillent toutes les heures pour vous indiquer de faire comme l’omelette : vous retourner). D’autres positions, type allongée sur le dos ou assise avec le dos récliné, comptez 5 minutes, car bébé pèse lourd sur la cage toracique et les poumons.

Pendant ce temps, j’arrive toujours à travailler, à la maison et sur des projets personnels. Il suffit juste d’apprendre à s’adapter en permanence à ce que votre corps demande, que ce soit de la nourriture, du sommeil, des étirements, une balade ou tout simplement de changer de position. Donc, objectifs limités et très peu de planification. Cela n’est pas plus mal, car ça prépare pour après, quand le bébé sera né, et il faudra s’adapter aux siens de besoin. Tout compte fait, donc, il y a une lueur d’espoir.

Sur le point n° 2 : la maternité en France

Quand vous êtes une jeune italienne qui arrive pour la première fois en France, préoccupée par le fait que dans votre pays, malgré des études d’excellence, vous ne semblez pouvoir obtenir un emploi et une situation financière stable ; quand vous voyez autour de vous des couples qui ont l’air plus jeunes que vous, avec trois enfants en bas âge et la mine réjouie, vous vous dites immédiatement : ah, le pays vertueux, où les jeunes trouvent de l’emploi facilement, où l’on soutient financièrement les couples qui ont des enfants, où le droit à la maternité et au retour au travail sont protégés… Bref, vous rêvez, quoi ! Mais, hélas, les Italiens ont tellement peu de confiance dans leur pays qu’ils pensent souvent tout le mal possible trop vite. Et l’on ne se renseigne jamais assez sur les sujets qui ne nous concernent pas directement… Fast forward, dix ans plus tard, quand je commence à envisager une grossesse, en France.

Première surprise, la durée du congé pour maternité. En France, 16 semaines de droit (6 avant et 10 après la naissance, sauf choix différent), c’est-à-dire environ 4 mois, mais seulement 8 semaines obligatoires. En Italie, 5 mois obligatoires (2 avant et 3 après, ou 1 avant et 4 après). Ce n’est peut-être pas énorme, mais l’on peut commencer à se poser des questions… (même si, évidemment, vous ne savez pas quoi faire de 5 mois de maternité obligatoire si vous n’avez pas de travail pour commencer).

Deuxième surprise, la durée de la grossesse. Saviez-vous que la France est le seul pays européen où la grossesse dure 41 semaines au lieu que 40 ? D’où me vient cette information ? Eh ben, je suis italienne, ma soeur a accouché en Allemagne et ma meilleure copine dans le Royaume Uni. Cette dernière, en plus, travaille dans le bureau des RH responsable du secteur Europe d’une grande entreprise américaine, elle gère les carrières de tous les employés des agences européennes et déteste les grossesses françaises car ce sont les seules qui l’obligent à changer les formules de calcul de ses tableaux excel. Si vous voulez une source externe, la seule chose que j’ai trouvé est cet article en ligne : Laure Gautherin, « Terme de la grossesse : tout ce qu’il faut savoir », dans aufeminin.com, 31/07/2020 à 12:55. On y apprend d’ailleurs qu’aux États-Unis et au Canada c’est 40 semaines aussi. Vous me direz, et alors : de toute façon un bébé peut naître de la 37 à la 42 semaine, et ça c’est la même chose partout. Comme le dit Laure Gautherin : « Cette variation autour du terme … peut tout au plus bousculer certaines démarches médicales et administratives ». Mais justement : quand nait la plupart des bébés, en pourcentage ? Regardez ce tableau publié par Emily Oster dans son livre Expecting better, édition mise à jour en 2021 :

Par ailleurs, le livre de Emily Oster est THE BOOK TO READ si vous aspirez comme nous à devenir des parents nerd…

Il semble clair que la plupart des bébés nait avant la 41e semaine. Mais que se passe-t-il, au contraire, si votre bébé nait après la date de terme ? Vous gagnez des semaines en plus de congé maternité, car, comme le dit l’assurance maladie : « en cas d’accouchement tardif, la durée du congé postnatal reste identique à la durée initialement prévue à compter de l’accouchement ». La France semble donc être le seul pays du monde occidental qui a renvoyé la date de terme d’une semaine pour éviter que certaines femmes puissent bénéficier de 17 semaines de congé maternité au lieu que 16. Ça tient peut-être à une lourdeur administrative (encore une histoire de tableaux excel à harmoniser, quoi)… mais bon, moi ça me fait flipper quand même.

Troisième surprise, le congé parental. Dès qu’on commence à se pencher sur le sujet, on se rend compte qu’entre 2 et 3 mois un bébé ne fait pas grand-chose d’autre que dormir, manger, évacuer et pleurer. On entend souvent dire que le 4e mois est chouette car le petit commence finalement à intéragir davantage avec son entourage. Que ce soit en France ou en Italie, donc, la durée du congé maternité implique de retourner au travail quand les choses se font intéressantes. Ou alors, on prend un congé parental, souvent d’au moins 6 mois, et rémunéré, dans la plupart des pays européens, à la hauteur d’un certain pourcentage du salaire d’origine (en Italie, par exemple, à 30%). Or, en France, le congé parental n’est pas rémunéré. Vous pouvez cependant recevoir une allocation de la CAF, la PreParE, de 422,21 € par mois. Independamment de combien vous gagnez normalement. Pour peu que vous ne soyez pas rentière et que vous ayez un emprunt immobilier à rembourser, ou un loyer parisien, ou le leasing d’une voiture électrique, vous n’arriverez pas à vos fins du mois. Mieux vaut, alors, retourner au travail. Ou prendre moins de 6 mois. Ou, alors, comme moi et la cigale, vous avez cumulé assez d’épargne pour faire ce que vous voulez. Tchuuuuuuuuuss !

Quatrième surprise, l’allaitement. Une collègue m’a donné le livre de référence sur le sujet : Marie Thirion, L’allaitement, de la naissance au sevrage, Paris 2004 (date de l’édition que j’ai lue). La première phrase de la quatrième de couverture est : « Considéré depuis deux générations comme une pratique démodée, l’allaitement retrouve peu à peu sa juste place dans la vie des nouveaux-nés ». Voilà un autre truc auquel un Italien n’aurait jamais songé. Je ne sais pas vous, mais moi j’ai grandi en voyant ma mère, mes tantes, mes cousines et toutes leurs amies allaiter leurs enfants, un peu partout, jusqu’à 6 mois ou 1 an. Il parait qu’en France, cela se passe différemment. Et que même les femmes qui allaittent, arrêtent autour de… devinez quand ? Ben, la fin du congé maternité, puisque il faut retourner au travail. Or, en Italie, ce n’est pas tellement grâce au congé parental, mais plutôt parce que beaucoup de femmes font encore le choix d’arrêter de travailler pour prendre soin de leurs enfants, ou choisissent des professions qui leur laissent plus de liberté pour le faire. Ce n’est pas exactement progressiste. Mais est-ce qu’on est sûr qu’être obligée d’arrêter d’allaiter avant le temps pour des raisons financières liées à la reprise du travail est beaucoup mieux ?

Franchement, les humains, vous êtes bizarres…
(Image par hartono subagio, depuis Pixabay)

Sur le point n° 3 : moi Jane, toi Tarzan

Et donc, nous voici, nous voilà, nous touchons au point qui fâche : l’allaitement comme sujet brûlant qui divise le front du féminisme, l’égalité hommes / femmes et l’oppression du patriarcat. Eh bien, puisque nous y sommes…

Moi, toute mon expérience de tentatives de concevoir et ensuite de grossesse a beaucoup changé ma vision de voir les choses. Maintenant, par exemple, je me le figure vraiment ce patriarcat. Imaginez-le vous aussi, si vous voulez, pendant un moment. Imaginez-le à une époque où il n’y avait pas de méthodes contraceptives fiables ni d’ibuprofène. Imaginez-le face à des êtres qui, une fois tous les mois, se tordaient de syndrôme prémenstruel tout en se vidant de leur sang et restant complètement à dépourvu d’énergies. Puis, soudainement, elles passaient neuf mois à s’endormir tout le temps, partout. Bientôt, elles n’arrivaient plus à exécuter même les mouvements les plus simples et, pour finir, passaient plusieurs heures à hurler et souffrir horriblement pour expulser un nouveau né qui allait devenir complètement dépendant de leur présence pendant toute l’année suivante (si elles avaient surveçu, c’est-à-dire). Et bien, ces êtres là, est-ce qu’on allait les envoyer chasser les mammouths, présider le Sénat romain, défendre les chateaux-forts ou silloner les Océans sur des navires commerciaux ? Eh ben non, et moi ça me parait même un peu normal.

Certes, le patriarcat n’était pas obligé de déduire de tout ça que les femmes étaient aussi inférieures dans leurs capacités intellectuelles. Certes, encore aujourd’hui, toutes les femmes ne souffrent pas de ces désagréments à la même hauteur. Certes, certaines ont excellé, dans l’histoire, à des activités qui étaient considérées l’apanage des hommes. Certes, beaucoup de ces activités peuvent très bien être exercées avec succès même dans des conditions de détresse physique. Et, certes, nous ne pouvons que nous réjouir des progrès de la médecine moderne, qui ont beaucoup amélioré le cadre. Certes.

Mais est-ce qu’une femme, pour s’épanouir dans le monde contemporain, doit nier que toutes ces réalités existent, les combattre à coups d’ibuprofène et de lait maternisé, et tâcher au plus haut niveau possible de se comporter comme un homme ? Pourquoi un fonctionnement cyclique, même quand il comporte quelques jours de faiblesse par mois, serait moins bien qu’un fonctionnement linéaire, qui d’ailleurs n’empêche pas de tomber malade ou d’avoir besoin de se reposer régulièrement (une fois tous les 5 jours, par exemple) ? Pourquoi faudrait-il avoir honte que des siècles d’évolution nous ont programmées, nous les femmes, pour résister au syndrôme prémenstruel, aux maux de la grossesse et à l’accouchement, et tout cela dans le but de produire, nourrir et accompagner des nouveaux être humains à un minimum d’indépendance ? En quoi cela serait une faiblesse ? Pourquoi ces compétences ne seraient-elles pas transférables dans le monde du travail ? Et surtout, en quoi serait-il plus opprimant de dire à une femme qu’elle n’est bonne à rien par rapport à un homme, plutôt que de lui dire qu’elle sera bonne uniquement si elle se tranforme en homme ?

Image par hartono subagio, depuis Pixabay

Il parait qu’il s’agit là de thématiques défendues par la variante différentialiste, essentialiste ou identitaire du féminisme, par opposition à la variante égalitariste, qui serait la plus répandue en France. Vous voyez ? On apprend toujours des choses nouvelles.

Ce que je pense maintenant

Et donc, à la lumière de toutes ces joyeuses observations, voici comment je reformulerais, maintenant, mes convictions antérieures :

  1. une femme qui attache de l’importance à sa carrière peut faire en sorte qu’une grossesse n’influence pas n’entrave pas trop sa vie professionnelle ;
  2. la France est un pays où la législation et la société encouragent les femmes à concilier sacrifier leur maternité avec au nom du travail ;
  3. la grande bataille du féminisme est de faire reconnaître l’égalité la valeur de la diversité entre les hommes et les femmes, notamment dans le domaine du travail.

Et voilà où j’en suis maintenant. Je sais que tout le monde ne sera pas d’accord. Quelqu’un pensera certainement qu’au fond de moi j’ai toujours été un peu sexiste, voire une traitresse de la cause des femmes. Et d’ailleurs c’est normal, car je viens d’Italie, un pays de machos et de femmes soumises qui n’ont rien de mieux à faire que les mamans poules (la mamma italiana, sì !). Et, ceux qui me connaissent le savent, j’ai une passion invétérée et inavouable pour le barbecue… et pour le vrai barbecue, voyez ? Celui où l’on mange les côtes d’agneaux à même les dents en laissant le jus couler jusqu’aux coudes, quoi. Soit. Je reconnais tout cela. Mais peut-être justement que, en ces temps de combats à la dernière goutte de sang dans l’arène de Twitter, on a tous un peu besoin de se rappeler que la diversité des points de vue (et des sexes, et des origines culturelles…) est une richesse dont il faudrait se servir pour nourrir le débat et enrichir notre société.

Comme d’habitude, n’hésitez pas à partager avec moi vos expériences et vos reflexions sur ce sujet… j’aurai bien besoin de quelque chose pour m’occuper pendant ces dernières semaines d’attente qui me séparent de mon existence future de maman italienne ! 🙂 🙂 🙂



Citer ce billet
Béatrice Lietz (2022, 11 octobre). Recherche, enseignement et… grossesse ! Vice Versa. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v73h

Béatrice Lietz

Docteur en Sciences de l'Antiquité, professeur agrégée de Lettres classiques, qualifiée aux fonctions de Maître de Conférences en section 21 et 8.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search