Peut-on travailler avec un bébé à la maison ?

Après les proverbiales premiers trois mois (+1), me voici pour répondre à la question qui vous brûle les lèvres depuis octobre (et moi le méninges depuis bien plus longtemps). Est-il possible de travailler quand on garde un bébé à la maison, en congé maternité ou en congé parental ?

Bien sûr, maman, regarde, je t’aide…
(Image par Myléne de Pixabay)

Eh bien, je ne vais même pas essayer de ménager le suspense : la réponse est oui. Sans vouloir me vanter (mais quand même, si), pendant les premiers 3 mois de mon bébé je suis arrivée à :

  • Envoyer une candidature pour un poste de professeur dans une préstigieuse université canadienne. … Hein ? Oui. J’ai sérieusement envisagé de tout planquer et d’emmenager au Canada, avec un bébé sur les bras. J’ai rêvé de paysages à couper le souffle, de rivières majestueuses et d’érables aux feuilles de feu. Oui. C’est à ce point là que les Hôpitaux de France m’ont cassé les … pour la naissance (et surtout pour l’allaitement) de mon petit bout de chou. Un jour je vais raconter cette histoire. Mais pas aujourd’hui. Long story short, tout ce que j’ai obtenu est de me faire ignorer encore une fois, mais avec l’accent québécois (c’est beaucoup plus stylé). Peu importe, je suis quand même fière d’être arrivée à tout envoyer dans les temps, ce n’était pas donné.
  • Participer à un colloque international. Oui, d’accord, en ligne. Mais quand même. Je n’avais rien de prêt à l’avance, à part le matériel, qui venait de ma thèse. Donc préparation de la communication et des slides + je m’enferme dans mon bureau pour me connecter à Zoom pendant que mon compagnon sort se promener avec le bébé. Il y avait toutes les opportunités du monde pour que ça foire, et en fait ça a marché. 🙂
  • Écrire un article pour les actes d’un autre colloque et l’envoyer trois jours avant la date butoir. Oui, tiens, à l’avance, même !
  • Recommencer à travailler sur le livre que je dois tirer de ma thèse. Oui, je sais, ça traine depuis le temps, mais justement c’est pour cela qu’il y a les congés parentaux. Ou pas ?

Et donc voilà. On peut travailler. CQFD. Si jamais, comme moi autrefois, vous vous posez cette question parce que vous voulez (voire vous allez bientôt) avoir un bébé, je pense que vous pouvez être rassûré. Mais aussi qu’il faut plutôt se poser d’autres questions.

Ah bon ? Lesqueeeeeelles ?
(Image par Gerd Altmann de Pixabay)

Comment peut-on travailler avec un bébé à la maison ?

Là, tout de suite, c’est une autre paire de manches. Je ne sais pas si vous avez jamais consulter des ressources spécialisées sur le sommeil des enfants, comme le site du Réseau Morphée. Ils vont vous dire que « un nouveau-né dort en moyenne 16 à 17 heures par jour ». Et là on peut se dire, cool, cela me laissera un peu de temps. Ce que l’on ne vous dit pas, c’est que le nouveau-né en question aime par dessus tout les dormir sur sa maman, ces 16 à 17 heures par jour. Et d’ailleurs, sa maman aime bien aussi, car c’est le plus mignon du monde. Toutefois, sa maman devra lui enseigner à dormir aussi dans le berceau, sous peine de ne pas pouvoir dormir tranquille, elle (à moins qu’elle soit prête à ignorer les recommandations des médecins sur le cosleeping). Le nouveau né, donc, va parfois se résigner à dormir tout seul, mais pas à chaque fois. Et d’ailleurs « ce serait beaucoup lui demander à cet âge-là ». Quant à la maman, les choses se font compliquées si en plus de dormir, elle a aussi l’ambition de faire autre chose. Et je ne vous parle même pas de l’éventuel travail, mais aussi de toutes les autres obligations qui incombent à une nouvelle maman (et elles sont nombreuses).

Mais si vous voulez vraiment, vraiment travailler… eh bien, il faut oublier l’image rassurante de la personne assise au bureau qui tapote tranquillement sur le clavier de son ordinateur (sauf s’il est 5 heures du matin, bien sûr). Au contraire, il faut trouver des solutions créatives. Pour vous inspirer, voici une liste des différentes manières dans lesquelles j’ai travaillé au cours des derniers mois :

  • assise dans le fauteil, le bébé dans les bras, sur mon portable installé sur un support à bras flexible, avec une seule main (bon pour lire, mais pas tellement pour écrire car le téléphone oscille en l’air quand vous touchez le clavier) ;
  • assise dans le fauteil, le bébé dans les bras, sur mon portable installé sur un support à bras flexible et relié à un clavier bluetooth, avec une seule main (pas bon, le clavier étant AZERTY, le téléphone le lisait comme QWERTY et c’était le bazar…) ;
  • assise dans le fauteil, le bébé dans le bras, devant mon bureau, avec mon ordinateur portable et mon écran d’appoint orienté vers le bas, et bien sûr avec une seule main (moins confortable de ce que l’on pourrait croire) ;
  • assise dans ma chaise de bureau, le bébé dans le bras, devant mon bureau, sur mon ordinateur portable, avec une seule main (assez bien, mais pas très confortable pour le bébé pour dormir) ;
  • assise dans ma chaise de bureau, le bébé en écharpe ou dans le porte-bébé (pas super, il faut tendre les bras pour rejoindre le clavier, et le bébé se réveille car il n’est plus bercé par la marche) ;
  • assise sur un ballon de grossesse, le bébé en écharpe ou dans le porte-bébé (toujours pas super, car il faut toujours tendre les bras et c’est difficile de se concentrer pendant qu’on se balance sur le ballon : au moment où l’on y arrive, on oublie de balancer et le bébé se réveille) ;
  • debout, le bébé en écharpe ou dans le porte-bébé, devant mon bureau, avec mon ordinateur portable surelevé sur des boites en carton et mon écran d’appoint orienté vers le haut, et bien sûr avec une seule main (plus confortable de ce que l’on pourrait croire) ;
  • debout, le bébé en écharpe ou dans le porte-bébé, sur mon téléphone portable installé sur un support sur une étagère de la bibliothèque (assez bien, pour des trucs que l’on peut faire sur le téléphone) ;
  • debout, le bébé en écharpe ou dans le porte-bébé, sur mon ordinateur portable installé sur une étagère de la bibliothèque (assez bien, mais compliqué car il faut choisir si on met l’ordinateur à la hauteur des yeux ou des mains pour le clavier) ;

Au moment où j’allais inventer des systèmes pour installer mon ordinateur portable ET mon écran d’appoint sur la bibliothèque, voire acheter un très compliqué support de téléphone portable pour poussette, le bébé a finalement appris à dormir dans son petit lit pour des tranches de 40 minutes et moi, j’ai rejoint le Nirvana. Voilà donc à quoi peut ressembler de travailler avec un bébé à la maison pendant son congé maternité. Pour vous préparer, regardez des épisodes de MacGyver.

Et si j’accrochais mon ordinateur au plafond pour ensuite m’assoire dans un hamac…
(Image par Steve Buissinne de Pixabay)

Ou pas. Car on pourrait presque se demander si ça en vaut la peine…

Devrait-on travailler avec un bébé à la maison ?

Je sens que je vais lancer le débat du siècle, avec des trolls qui vont me poursuivre sur Twitter jusqu’à la fin de mes jours (heureusement qu’il n’y a personne qui lit ce carnet). Or ce serait bien inutile, car il n’y a pas de bonne ou de vraie réponse à cette question. C’est tout simplement un choix. Lisez le chapitre « Stay-at-Home Mom? Stay-at-Work Mom? » du livre de Emily Oster, Cribsheet ou l’introduction à I Know How She Does It de Laura Vanderkam. Sur la base de mon expérience, je peux cependant faire deux considérations.

Un. Quoi qu’il arrive vous aller angoisser (à moins que vous soyez une personne très insouciante : j’en aurais rêvé moi, mais non), même si votre bébé est en parfaite bonne santé. Peut-être que vous irez vérifier s’il respire après qu’il dort depuis plus de 10 minutes. Peut-être que vous devrez le peser chaque semaine ou que votre compagnon lui donnera des huiles essentielles à la place de la vitamine D. Peut-être que l’osthéopathe vous dira qu’il fait du reflux, mais la puéricultrice que tous les bébés régurgitent et que quand la pédiatre vous demandera « il fait du reflux ? » vous aurez anvie de lui lancer une couche sale dessus. Mais vous aller angoisser à un moment ou à un autre. Alors, ce n’est pas la peine que le travail devienne une source d’anxieté supplémentaire. De l’autre côté, si vous avez une échéanche qui vous pousse à accrocher votre téléphone portable sur un support flexible au fauteil où vous allaitez habituellement, cela peut être bien aussi. Car ça vous fera penser à autre chose, et ça, ça n’a pas de prix.

Deux. On peut se demander quelle peut bien être la qualité d’un travail fait dans de telles conditions. Mais méfiez-vous : il n’y a rien comme savoir que bébé va se réveiller dans 10 minutes pour vous faire arrêter de procrastiner en changeant la mise en forme de votre document et vous mettre sérieusement à écrire. Cela redonne le sens des priorités.

Mais non, pas celles-là… pffffff…
(Image par EM80 de Pixabay)

Et vous ? Avez-vous déjà essayé de travailler avec un bébé à la maison ? Avez-vous d’autres stratégies à partager ? J’ai hâte de savoir ! 🙂 🙂 🙂



Citer ce billet
Béatrice Lietz (2023, 18 mars). Peut-on travailler avec un bébé à la maison ? Vice Versa. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v73i

Béatrice Lietz

Docteur en Sciences de l'Antiquité, professeur agrégée de Lettres classiques, qualifiée aux fonctions de Maître de Conférences en section 21 et 8.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search