Rester motivés en période de candidatures (et au-delà !)

Si vous êtes comme moi, en suspens entre deux mondes, avec un pied à l’université faisant des vacations à non plus finir, participant à des colloques, écrivant des articles (ou, à Dieu ne plaise, un livre), et l’autre pied ailleurs, au collège, au lycée, dans un post-doc ou au MacDo (oui, il paraît que ça existe)… bref, si vous êtes comme moi, chaque année, en cette période de l’année, c’est la foire des candidatures. Ou plutôt c’est la période où commencent à arriver les réponses des candidatures, en tout cas pour les postes de Maître de conférence (les vrais, quoi, les fixes). Car, soyons honnête, «la période des candidatures» prend presque toute l’année.

Candidater : une affaire d’endurance

Tout d’abord, il y a les différents timing des différents types de postes : Maître de conférence, d’accord, mais aussi post-doc et ATER, par exemple, qui peuvent tomber n’importe quand. Si vous envisagez des postes à l’étranger, il y aura des calendriers complètement différents. Et ne serait-ce que pour l’Université française, entre publication des postes, envoi des dossiers, auditions et classement final il y a cinq mois qui passent, de février à juin. Et pendant tout ce temps, autant l’avouer, c’est la roulette émotionnelle.

Graphiquement, cela peut se représenter comme ça, avec l’un de ces beaux (?) diagrammes de flux qui ne servent absolument à rien…

La ronde des candidatures (oui, j’ai réellement pris du temps pour faire ça, oui)

Et, donc, cela vous sape le morale, à n’importe quel moment de l’année, de manière à chaque fois tout aussi imprévisible que la première. Et même plusieurs fois, si vous avez fait plus qu’une seule candidature, justement dans cette fase de l’annonce des auditions, entre avril et mai, comme ça, à martèlement. Et à chaque fois vous pensez : non, mais ça y est, je n’ai pas le truc x dans mon CV, que je n’aurai jamais, donc je n’ai aucune chance, ça ne sert à rien, ça suffit, j’abandonne, je vais ouvrir un bar à Mojitos sur la plage à Tahiti, je deviens plombier, éboueur, astronaute, pompier, ballerine, chanteuse et vendeur de timbres en ligne. Et peut-être que ça y est, c’est l’année que vous allez vraiment le faire. Ou pas.

Et la vie continue…

Entretemps, vous n’avez pas forcément tout de suite le reflexe de tout planter (sinon, vous ne serez déjà plus là depuis longtemps). Alors, on est bien obligé de fonctionner, morale sapé ou pas. Il faut bel et bien continuer : écrire vos articles, enseigner vos cours, écouter vos étudiants et vos élèves, corriger leurs copies, remplir leurs appréciations, convoquer les parents de l’élève de 6ème qui s’est ramené avec un couteau dans le sac, courir pour attraper le seul train qui vous permet d’arriver à temps pour vos cours de l’après-midi à l’université après votre matinée au collège ou mettre le feu au bureau du principal parce qu’on vous a convoqué pour une réunion obligatoire sur votre jour libre, où d’habitude vous faites six heures de cours à la fac que maintenant il faudra rattraper qui sait quand. Car, les contrats de vacataire, à la fac, sont une galère. Et alors, la motivation sert pour avancer, mais même pour lutter quand il le faut. Mais où la trouver ?

Il n’y a pas le choix. Il faut vous rappeler que vous aimez au moins certaines parties de ce que vous faites. Peut-être pas le couteau ou le jonglage permanent, mais quelque chose, sûrement. Sinon, vous ne seriez pas dans cette situation pour commencer. Vous aimez peut-être le contact avec les étudiants et les élèves, l’impression de pouvoir les aider, la préparation des cours quand elle vous fait découvrir quelque chose de nouveau ou que vous testez une nouvelle méthode, le frisson de la recherche quand vous vous apercevez que cette idée qui vous est soudainement venue n’est pas si saugrenue après tout, quand toutes les pièces du puzzle semblent trouver leur place et que vous savez enfin ce que vous allez écrire… quelque chose, certainement. Même sans poste, et même en jonglant entre plusieurs emplois. Il faut tout simplement vous en rappeler. Mais comment ?

Toute méthode est bonne. Peu importe si vous faites du yoga, de la méditation, de la sophrologie, un weekend de Netflix et cookies, un séjour à la mer, un tour du monde en quinze jours (une tranche de vacances de l’ÉdNat) ou une (ou plusieurs) soirée(s) cocktails qui se terminent avec une cuite monumentale (professeurs à la maison, ne le faites pas une veille de cours). Moi, j’en ai trouvé une qui me convient très bien, même si elle n’est peut-être pas la première à laquelle on pense. Et je peux dire même que j’ai mis longtemps à trouver, même si, en quelque sorte, chez moi ça c’est toujours passé par l’écoute.

Ah bon ? Je suis tout oreilles
(Image par Stefan Schweihofer de Pixabay)

Musique, podcasts et livres audio !

Quand j’étais plus jeune, j’écoutais surtout de la musique. Avec des écouteurs, partout, mais surtout en marchant et dans les transports en commun. Dévaler des kilomètres et écouter quelque chose, en somme, ça a toujours marché de mon côté pour retrouver la forme. Et j’avais cette vieille playlist qui était toujours la même et dont je connaissais par coeur toutes les chansons, pour mieux les chanter à tue-tête dans la rue (professeurs à la maison, ne le faites pas dans les voisinages de votre établissement d’enseignement). Et, oui, pour ceux qui ont lu mon Manuel de survie à la correction du DNB de Français, Alghero de Giuni Russo faisait évidemment partie du mix. Puis, j’ai découvert autre chose.

Tout à commencé avec Audible, parce que quelqu’un m’avait recommandé le livre Big Magic, de Elisabeth Gilbert, et que pour une raison ou pour l’autre j’ai décidé de l’écouter en anglais au lieu de l’acheter en format papier ou numérique, en français. Or, Big Magic, je ne sais pas si vous êtes jamais tombés dessus, mais c’est un livre sur la créativité, et surtout sur l’écriture, vu que l’auteure est une romancière. Et c’est un livre qui vous réconcilie vraiment avec l’écriture, si jamais cela avait posé des problèmes de motivation pour vous. L’écouter avant d’écrire me donnait envie de me mettre au travail. Ah, si seulement il y en avait d’autres de livres comme ça… Mais figurez-vous qu’il y en a, et même pas seulement sur l’écriture, sur plein de sujets. Peut-être pas tous de la même qualité, mais pour moi, la plupart du temps, ça fait quand même l’affaire. Et quand il n’y a pas des livres, rassurez-vous, il y a des podcasts. Il suffit de chercher un peu.

Maintenant, donc, quand je dévale des kilomètres, surtout pour aller travailler, j’écoute plus souvent des livres ou des podcasts, en fonction de l’emploi du temps du jour : sur l’écriture, si j’ai prévu d’écrire ; sur l’enseignement, si je dois enseigner (oui, oui, il y en a ! Si vous voulez des pistes, vous les trouverez dans cet autre billet) ; sur la prise de parole en public, s’il faut préparer un colloque et ainsi de suite. Parfois, si l’on veut être encore plus précis, on peut même trouver des livres audio ou des podcasts intéressants sur son domaine de recherche. L’Antiquité ne fait pas exception : ça a du charme ! Certes, ce ne sera pas des travaux de spécialistes… quoique, méfiez-vous : sur Audible on peut trouver toute la History of the Decline and Fall of the Roman Empire de Edward Gibbon, lue en anglais avec un réjouissant accent de péplum des années ’40. Je n’ai pas encore eu le courage de tout écouter, cependant, je ne peux pas garantir sur la qualité. Pour finir, on peut toujours se rabattre sur la littérature de développement personnel, autour de la productivité, par exemple. C’est moins mauvais que ce que l’on croit. Je peux vous le dire, moi qui suis dévenue une véritable «productivity nerd»… mais ça, c’est une histoire pour un autre billet.

Et vous, comment vous motivez-vous ? J’ai hâte de savoir. 🙂 🙂 🙂



Citer ce billet
Béatrice Lietz (2023, 13 mai). Rester motivés en période de candidatures (et au-delà !). Vice Versa. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v73k

Béatrice Lietz

Docteur en Sciences de l'Antiquité, professeur agrégée de Lettres classiques, qualifiée aux fonctions de Maître de Conférences en section 21 et 8.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search